• La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1

    La fortune des Rougon

    Fiche détaillée

     Auteur > Emile Zola
    Editeur > Le Grand Livre du mois
    Collection > Les trésors de la littérature
    Série > Les Rougon-Macquart, tome 1
    Genre > classique, roman naturaliste
    Date de parution > 1871 dans l'édition originale, 1999 dans la présente édition
    Nombre de pages > 314 (589)

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
    (sources : Evene, Bac de français & L'internaute)

     Zola

    Né en 1840, après une scolarité moyenne et trois ans de galère, Emile Zola trouve un emploi dans une librairie grâce auquel il rencontre nombre d'écrivains et se lance dans le journalisme. Mais depuis son adolescence il n'a cessé d'écrire et, en 1867, sort son premier roman, Thérèse Raquin. C'est grâce au cycle romanesque des Rougon-Macquart, grande fresque sociale et familiale, qu'il obtient le succès et le confort matériel. La fin de sa vie est marquée par son engagement républicain et par sa lutte pour la justice. Il a en effet soutenu le Capitaine Dreyfus, victime d'un complot antisémite ; en témoigne l'article célèbre publié dans l'AuroreJ'accuse !. Condamné à un an d’emprisonnement et à 3 000 francs d’amende, il doit quitter la France le 18 juillet 1898. A son retour, en 1899, injurié, radié de l’ordre de la Légion d’honneur, abandonné par une grande partie de ses lecteurs, il meurt asphyxié par le poêle de son bureau en 1902. Une foule rendit hommage pendant ses obsèques à celui qui avait osé mettre en jeu sa notoriété au nom de la morale; parmi eux des mineurs venus spécialement du nord .Grand observateur du sujet humain, Zola développe dans ses romans une analyse "naturaliste" de ses personnages. Citons parmi ses romans les plus connus, L'Assommoir, Nana ou Germinal.

    quatrieme de couverture
    (source : éditions Pocket)

    La Fortune des Rougon inaugure l’œuvre géante et visionnaire, « histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire », que Zola situe au confluent de Hugo et de Balzac. Issus de la paysannerie enrichie, les Rougon portent en eux l’avidité du pouvoir et de l’argent. Une des branches de la famille, les Macquart, sera marquée par l’hérédité de l’alcoolisme, du vice et de la folie. Le coup d’État du 2 décembre 1851 entraîne les Rougon dans la conquête de Plassans, la capitale provençale du roman. La haine de l’empereur pousse Silvère, petit-fils de la matriarche, et Miette, sa femme, dans l’insurrection républicaine.

    De ces passions et de ces fureurs, naîtront cent personnages, et celui, aux mille visages anonymes, de la foule et de la collectivité qui préfigure le XXe siècle.

    première phrase

     " Lorsqu'on sort de Plassans par la porte de Rome, située au sud de la ville, on trouve, à droite de la route de Nice, après avoir dépassé les premières maisons du faubourg, un terrain vague désigné dans le pays sous le nom d'aire Saint-Mittre."

    avis personnel

    Publié en 1871, La Fortune des Rougon jette les bases de l'immense fresque sociale Les Rougon-Macquart qui compte pas moins de 20 volumes. Fidèle à la devise d'Apelle inscrite sur le mur de son cabinet de travail, Nulla dies sine linea, Zola, en forcené de travail, publiera un volume chaque année jusqu'en 1893.

    Dans ce premier tome, l'action se déroule à Plassans, petite ville fictive du sud-est de la France, où les républicains mènent une insurrection en réponse au coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte.
    C'est un roman foisonnant dans lequel Zola fait de nombreux sauts dans le temps et où interviennent une foultitude de personnages, rendant parfois la lecture assez ardue. Cependant, on arrive à distinguer 4 thèmes principaux.

    Le naturalisme :

    Né du courant réaliste, le naturalisme veut parvenir en littérature à une rigueur toute scientifique en se basant sur la documentation et l'observation. L'écrivain s'attache à faire ressortir les conditions physiologiques et l'influence des milieux et des circonstances (sociales, éducatives, politiques...) qui selon lui déterminent l'individu.
    A la suite des Goncourt, Zola, d'abord influencé par Taine puis surtout par les travaux scientifiques de Claude Benard sur la médecine expérimentale et du docteur Lucas sur l'hérédité, s'engage dès 1867 sur les voies du naturalisme. Pour lui, le romancier naturaliste est un expérimentateur dont la méthode consiste à vérifier les lois dégagées par l'observation.

    C'est ce qu'il s'engage à faire avec les Rougon-Macquart en étudiant la destinée d'une dynastie familiale sur quatre générations dans les milieux où ses membres, porteurs de tares héréditaires, évoluent . D'ailleurs, l'un de ses personnages, le docteur Pascal, présent dans le premier et dernier tome de la série, est l'un des dignes représentants de cette médecine expérimentale : "Pascal l'écoutait en souriant; il examinait avec curiosité ses gestes, les jeux ardents de sa physionomie, comme s'il eût étudié un sujet, disséqué un enthousiasme, pour voir ce qu'il y a au fond de cette fièvre généreuse." (page 212)
    Grand admirateur de Balzac, Zola est hanté par le projet de combler le chapitre négligé dans la Comédie humaine, celui du  Peuple, et en particulier le milieu ouvrier, qu'il s'attache à décrire dans sa vérité quotidienne.

    Un roman des origines :

     La Fortune des Rougon est donc le point de départ de cette grande fresque sociale avec Adélaïde Fouque, dite Tante Dide, dont sont issus tous les personnages de la série et qui inaugure la fatalité biologique de l'hérédité.

    généalogie


    Tante Dide, dont le père est mort fou, souffre en effet de troubles nerveux. Elle a un premier fils d'un mariage avec le paysan Rougon, Pierre, personnage rusé, sournois et surtout ambitieux.
    Peu après la mort de son mari, elle s'amourache de "ce gueux de Macquart", un contrebandier brutal, ivrogne et fainéant, dont elle a deux enfants illégitimes, Antoine et Ursule, surnommés les louveteaux par les gens du quartier et élevés avec le fils légitime.
    Celui-ci, que la malhonnêteté n'étouffe pas, spolie ses demi-frère et soeur de la fortune de leur mère. Il se débarasse de la fille en la mariant au chapelier Mouret qui part s'installer à Marseille, et du fils en lui promettant de le racheter du tirage au sort qui l'envoie au service militaire pendant plusieurs années.
    Il se marie ensuite  avec Félicité Puech, fille d'un marchand d'huile dont il reprend le commerce. Son rêve de devenir bourgeois est longtemps contrarié par une série de malchance.
    Il a cinq enfants avec Félicité, 3 fils et 2 filles. Félicité donne une éducation soignée à ses 3 fils, en les envoyant au collège contre l'avis de leur père.
    Eugène, gros garçon doté des qualités morales et intellectuelles de la mère, nourrit de hautes ambitions politiques. Avocat, il végète pendant 15 ans en province avant de partir pour la capitale.
    Aristide, le plus jeune et le préféré de sa mère, petit, la mine chafouine, aime l'argent comme son frère aime le pouvoir. Oisif et jouisseur, il vit aux crochets de ses parents qui le marient à Angèle Sicardot, une femme dépensière.
    Pascal, lui, fait mentir les lois de l'hérédité. C'est un homme droit et modeste. Médecin, il soigne gratuitement le peuple au grand dam de ses parents.

    Du côté des Macquart, Antoine, revenu de l'armée, se marie avec Joséphine (Fine) Gavaudan, femme courageuse et travailleuse mais trop portée sur l'anisette. Naissent Lisa, qui est emmenée très jeune à Paris par sa patronne, Gervaise, boîteuse avec un visage de poupée, aussi travailleuse que sa mère et qui a deux enfants avec Lantier, à 14 et 18 ans, et Jean, d'une nature sérieuse et peu intélligente, choisissant de rester au foyer pour soutenir sa mère et sa soeur en butte à la violence de Macquart. En effet, Antoine, qui tient de son père pour la brutalité et l'ivrognerie, ne pense qu'à satisfaire sa paresse en soutirant l'argent durement gagné à sa femme et ses enfants. Cependant, Fine meurt en 1850, et Gervaise et Jean l'abandonnent à son triste sort.

    La fortune des Rougon
    Macquart frappant Fine

    Ursule, créature fantasque, a les mêmes troubles nerveux que sa mère Adélaïde. Elle meurt en 39 d'une phtisie, laissant 3 enfants : Hélène, mariée à un employé, François, qui épousera sa cousine Marthe (la fille de Pierre et Félicité Rougon) et le jeune Silvère, recueilli à 6 ans par sa grand-mère Fouque. C'est d'ailleurs le jeune Silvère qui lui donnera le surnom affectueux de Tante Dide.

    Une idylle bucolique :

     Au milieu de cette faune avide de pouvoir et de jouissances, deux coeurs purs et généreux.
    Silvère et Miette sont orphelins et voisins. Miette est la fille d'un forçat condamné pour meurtre, et de ce fait en butte à la méchanceté et la médisance des autres. Silvère est un garçon droit et bienveillant, nourri aux idéaux de la prose républicaine.

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
    Rencontre de Miette et Silvère

    Zola dépeint ce couple d'amoureux platoniques en des tableaux tendres et charmants : le couple apparaît enveloppé dans la grande pelisse rouge de Miette lors du premier chapitre; les reflets de l'eau du puits mitoyen renvoient leur image lors de leurs conversations quotidiennes, seul moyen pour eux de communiquer en cachette. Ils vont ensuite se rencontrer sur l'aire de St Mittre à la nuit tombée, puis au retour des beaux jours, dans de grandes promenades à travers la campagne.
    Silvère et Miette apportent une note de fraîcheur et d'innocence bienvenue.

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
    Le puits mitoyen

    Même si Zola, par de subtiles allusions, fait planer des menaces sur leur bonheur futur. Car Miette et Silvère ont la générosité et l'idéalisme de leur jeunesse : ils ont en effet rejoint les rangs des insurgés pour faire triompher la République du coup d'état de Napoléon !

    Un témoignage historique :

    Rappelons qu'Emile Zola a 11 ans en  1851 quand éclate le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, et qu'il vit avec sa mère à Aix-en-Provence. Devenu adulte, il collabore à la fin du Second Empire au journal La Tribune, quotidien républicain qui mène une violente opposition contre le régime en place. A son habitude, Zola rassemble une abondante documentation; ici, il s'inspire du mouvement insurrectionnel qui s'est déroulé à Logres en 1851 en se basant sur trois sources : l'ouvrage publié en 1853 par le journaliste royaliste lorguais Hippolyte Maquan qui fut pris en otage par les insurgés, et deux enquêtes faites quelques années plus tard par deux républicains, Noël Blache et son Histoire de l'insurrection du Var en décembre 1851 paru en 1869, et surtout Eugène Ténot avec La Province en décembre 1851. Étude historique sur le coup d'État. publié en  1868.

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
    Les insurgés

    Le génie de Zola, c'est qu'à aucun moment, on ne ressent le poids de cette documentation tant la plume de l'écrivain sait se faire épique ou dramatique ou tout simplement réaliste. Certaines scènes dépeintes dans le livre sont saisissantes ! Par exemple, l'épisode du premier chapitre avec la description des insurgés qui battent la campagne ! "Mais peu à peu, ils [les bruits] s'accentuèrent, ils devinrent pareils aux piétinements d'une armée en marche. Puis on distingua, dans ce roulement continu et croissant, des brouhahas de foule, d'étranges souffles d'ouragan cadencés et rythmiques; on aurait dit les coups de foudre d'un orage qui s'avançait rapidement, troublant déjà de son approche l'air endormi. Silvère écoutait, ne pouvant saisir ces voix de tempête que les couteaux empêchaient d'arriver nettement jusqu'à lui. Et tout à coup, une masse noire apparut au coude de la route; La Marseillaise, chantée avec une furie vengeresse, éclata, formidable." (page 29-30)

    On sent que les sympathies de Zola vont au camp républicain. Il prend plaisir à ridiculiser le camp des conservateurs en des scènes où la veulerie le dispute à l'opportunisme, l'hypocrisie à la la jalousie, la manipulation à l'étroitesse d'esprit.

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
    Le salon jaune

    C'est grâce au coup d'état de Louis-Napoléon et à l'intelligence de sa femme que Pierre Rougon conquiert ses galons de bourgeois en se posant comme le sauveur de l'ordre !

    C'est également à l'occasion de cet événement historique que nous assistons à la dernière opposition entre Pierre et son demi-frère Antoine, l'un dans le camp bonapartiste, l'autre dans le camp républicain, qu'ils ont choisi chacun par opportunisme et non par conviction....

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
    Rougon reprend la mairie aux Républicains

    L'ascension des Rougon s'achève ainsi dans le sang, qu'ils font couler lors d'une mise en scène digne d'un Machiavel !

    La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
    Miette portant le drapeau rouge

    Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce roman peu connu de Zola qui a le mérite de poser les bases des volumes suivants. L'auteur excelle dans la peinture des scènes de la vie quotidienne et l'expression des sentiments de ses personnages ! Il n'a pas son pareil pour faire ressortir la noirceur d'âme de chacun ou au contraire la générosité...

    Appréciation :

    note : 4 sur 5

    Mes autres avis sur la saga : tome 2tome 3

    crédit dessins : Wilhelm M. Busch

    extrait

    page 165 :
    "Au loin s'étendaient les routes toutes blanches de lune. La bande insurectionnelle, dans la campagne froide et claire, reprit sa marche héroïque. C'était comme un large courant d'enthousiasme. Le souffle d'épopée qui emportait Miette et Silvère, ces grands enfants avides d'amour et de liberté, traversait avec une générosité sainte les honteuses comédies des Macquart et des Rougon; La voix haute du peuple, par intervalles, grondait, entre les bavardages du salon jaune et les diatribes de l'oncle Antoine. Et la farce vulgaire, la farce ignoble, tournait au grand drame de l'histoire."

    divers

     

    Lecture commune

    Lecture commune organisée par Nadou_971.
    D'autres billets : Nadou_971 ♦  LectriceEtCie ♦  oHélèneo ♦  Lavinia ♦  Lagirl8 ♦  J.a.e_Lou ♦ achille49 ♦ Elsinka ♦ Aaliz ♦
    Bookwormette ♦

    Challenge "Relisons les Rougon-Macquart" organisé par Galipette, George & MissBouquinaix

    Ma 1ère participation au challenge de Lili Galipette, George & MissBouquinaix.

    Challenge "Rougon-Macquart" organisé par AnGee Ersatz

    Ma 1ère participation au challenge d'AnGee Ersatz.

    Challenge "Un classique par mois"

    Le classique du mois d'avril pour le challenge organisé par Stephie.

    La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

    Ma 10ème participation au challenge de Lynnae - évocation du coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte.

    La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

    Ma 15ème participation au challenge de Miyuki - Silvère Mouret fait un prince charmant touchant.

     

    Logo Livraddict

    babelio

    booknode

    « Challenge "Relisons les Rougon-Macquart" organisé par Lili Galipette, George & MissBouquinaixLecture commune : La Curée organisée par nadou_971 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Avril 2013 à 14:30
    Lili Galipette

    Bravo pour ce superbe article ! J'ajoute ton blog à mes favoris ! :)

    2
    Lundi 15 Avril 2013 à 15:15

    Comme le dit Lili Galipette, quel bel article, Parthenia.  Très complet, vraiment...

    J'ai lu ce roman depuis un moment mais j'en garde également un super souvenir. Déjà, l'écriture de Zola y est pour quelque chose, c'est sûr et puis l'histoire est aussi vraiment très intéressante...elle mêle des destins de fiction à la Grand Histoire, vraiment bien relatée...C'est un très bon classique. 

    3
    Parthenia Profil de Parthenia
    Lundi 15 Avril 2013 à 15:46

    Merci beaucoup les filles !!

    Et encore, je me rends compte après coup que je n'ai pas écrit tout ce que je voulais !!!

    Moi aussi, j'adore l'écriture de Zola, ses descriptions souvent très imagées et qui nous transportent littéralement !! De plus, c'est un très bon peintre de l'âme humaine, je trouve... Bref, que du bonheur !!

    4
    Lundi 15 Avril 2013 à 17:21

    Bravo !!! Ta chronique est superbe !!!

    5
    Parthenia Profil de Parthenia
    Lundi 15 Avril 2013 à 17:56

    Merci Nadou d'avoir organisé cette LC  !

    6
    Vendredi 19 Avril 2013 à 12:16

    Hello :)

    Wahou, quel articele ! Une vraie analyse, on a vraiment l'impression que cette lecture t'as extrêmement plu.

    Comme toi, Zola m'a impressionné par sa description de l'âme humaine et j'ai l'impression que sa fresque familiale va beaucoup me plaire. Je regrette de ne pas avoir eu l'occasion d'étudier cet auteur lors de mes études...

    A bientôt pour La curée :)

    7
    Parthenia Profil de Parthenia
    Vendredi 19 Avril 2013 à 16:46

    coucou J.A.E_Lou,

    Effectivement, cette lecture m'a beaucoup plu !

    J'avais déjà eu la chance d'étudier l'un des volumes des Rougon-Macquart au lycée avec Le Bonheur des dames, qui est l'un de mes préférés... pour l'instant tout au moins !! Je suis sûre qu'il te plairait beaucoup : les descriptions y sont tout aussi magistrales mais dans un autre milieu et un autre registre puisqu'il s'agit des grands magasins de Paris...

    Je prends note pour La curée...

    8
    Mercredi 22 Mai 2013 à 22:05

    Il est dans ma PAL celui là (comme presque tous les tomes de cette saga) Tes articles sont incroyables tu vas vraiment au fond des choses c'est très intéressant ! Mon préféré de Zola est aussi Au bonheur Des Dames, j'adore Mouret ! Mais en lisant tous les tomes ça changera peut être !

    9
    Parthenia Profil de Parthenia
    Jeudi 23 Mai 2013 à 12:37

    Merci beaucoup Alison ! Pour être honnête, je n'arrive pas forcément à aller au fond des choses avec tous les romans mais j'ai remarqué que cela se produisait surtout avec les classiques... peut-être parce que cette littérature aborde des thèmes très riches et passionnants, universels...

    Bref, si tu as aimé Au Bonheur des Dames, nul doute que tu aimeras aussi Pot-Bouille où Octave Mouret est le personnage principal ! Je dois avouer que j'ai un gros faible pour lui malgré sa profession de coureur de jupons...

    10
    Dimanche 22 Septembre 2013 à 20:47
    Wow quel article passionnant! J'ai vraiment beaucoup aimé le lire, il est très complet, donc bravo! J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire après :)
    11
    Lundi 23 Septembre 2013 à 09:38

    Merci infiniment AnGee, ton commentaire me va droit au coeur, surtout que j'ai passé plusieurs heures à l'écrire et le mettre en forme, mais bon Emile Zola le vaut bien !

    Je me suis quand même rendu compte après coup que j'avais oublié de parler du fameux salon jaune...

    12
    Mardi 3 Décembre 2013 à 18:24
    Psylook
    Waouh! Un très bel article, très complet et soigné, on imagine sans mal le temps que ça t'a pris.
    Je viens de finir le premier tome et comme toi, j'ai beaucoup aimé de pouvoir découvrir les racines de certains personnages célèbres de cette saga. Et ne parlons même pas des descriptions "psychologiques" des personnages :)
    13
    Mercredi 4 Décembre 2013 à 09:38

    Oui, c'est un livre dense et passionnant ! Je trouve cela très fort de la part de Zola de créer toutes ces ramifications familiales et sociales pour aborder un thème différent à chaque tome !

    Merci beaucoup de ton passage et de ton commentaire !

    14
    AnonymeMan
    Jeudi 29 Octobre 2015 à 13:37
    j'aime mais LES CHAPITRES ?????
    15
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 19:14

    Désolée mais je n'ai pas compris le sens de votre question AnonymeMan...

    16
    plt9
    Mardi 17 Mai 2016 à 18:41

    slt, Quel a été le personnage que tu as le moins apprécis ?Justifie ta réponse

    t'imaginais-tu une telle fin? Dans tous les cas, justifie ta réponse?

    Quel est le personne selon toi, qui te parait le plus droit, le plus moral?

    aider moi svp

     

      • Vendredi 3 Juin 2016 à 13:44

        Désolée PLT9, mais ce blog n'a pas pour vocation de faire les devoirs des collégiens ou des lycéens  à leur place... ce ne serait pas vous aider...

        Par contre, si tu veux échanger sur ce livre, voire me dire quelles réponses tu donnerais aux questions de ta/ton prof, il n'y a pas de souci...

        Bons devoirs !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :