• Scandaleuse Elisabeth d'Eléonore Fernaye - La Famille d'Arsac, tome 1

    fiche détaillée

     Auteur > Eléonore Fernaye
    Editeur > Milady
    Collection > Pemberley
    Série > La Famille d'Arsac
    Genre > Romance historique
    Date de parution > 2013
    Nombre de pages > 320

    auteur

    (sources : Babelio)

     
    Eléonore Fernaye est une auteure de romance et traductrice pour Milady. Le nom de Fernaye est un pseudonyme qui vient du nom de la dernière demeure de Voltaire à la fin de sa vie.  Elle a commencé par écrire un blog lorsqu'elle était plus jeune, puis à 20 ans elle a écrit deux nouvelles. Scandaleuse Elisabeth (2013) est son premier roman.

    - sa page Facebook -

    quatrième de couverture

    Paris, 1778. Elisabeth d’Arsac est courtisée par une foule de prétendants. Éprise de liberté, elle veut connaitre l’amour sans les désagréments du mariage. Au bal masqué, elle rencontre un ténébreux inconnu. D’entretiens galants en heureux hasards, elle s’offre à lui. Se rendant compte que sa belle était vierge, Henry n’a plus le choix : il doit demander sa main. Furieuse, elle espère que son père refusera cette union. Contre toute attente, le comte accepte d’accorder sa fille à l’Américain. Mais ce mariage est-il vraiment le piège qu’elle s’imaginait ?


    première phrase

    "Elisabeth d'Arsac n'était pas du genre à se montrer impolie."

    avis personnel

    Après La Dame du Vallon Perdu d'Eve Terrellon, voici à nouveau une romance historique française qui, non seulement  respecte le contexte historique, mais nous fait le plaisir de situer l'intrigue en France. Et en plus durant l'une de mes périodes de prédilection, à savoir le XVIIIè siècle. Ayant lu beaucoup d'ouvrages sur cette époque, j'ai été ravie de constater que l'auteure maîtrisait le sujet, nous offrant une immersion très agréable au temps de Louis XVI, quelques années avant la Révolution (même si l'héroïne a des idées et un comportement vraiment très avant-gardistes pour son temps !!^^)...

    Parlons-en de l'héroïne, justement ! Dotée d'une nature passionnée, elle a décidé de jeter les convenances aux orties, se déplace sans chaperon, revendique haut et fort le droit à la même éducation et aux mêmes métiers que les hommes, rejette les effets mièvres et néfastes de l'amour... au grand désespoir de sa mère qui voit les chances d'un mariage avantageux s'amenuiser dangereusement...

    Quel homme autre qu'un Américain, dont le pays se révolte pour obtenir son indépendance, aurait pu mieux comprendre ses aspirations à la  liberté ? Henry Wolton, un ami de son frère, est justement cet homme. J'ai beaucoup aimé les joutes verbales entre la Française délurée et l'Américain poussé dans ses derniers retranchements, même s'il cachait parfois sa vulnérabilité derrière des propos vraiment goujats. Cependant, il ne cache pas que sa vulnérabilité : Henry est en effet un homme tourmenté par ce qui semble être un terrible secret.  Et c'est là que j'émettrais une réserve : j'attendais avec impatience de découvrir ce qui torturait autant son esprit mais c'est la déception qui a prévalu lors de sa révélation. Celle-ci promettait d'être scandaleuse ou compromettante alors qu'elle a été juste ... anecdotique !

    Bref, malgré cette déconvenue, j'ai beaucoup aimé cette romance pétillante , surtout dans sa première partie. Dommage que la période de la vie commune entre les deux époux ne soit pas plus approfondie, surtout que sujet de la différence de statut social comme obstacle à leur bonheur était intéressant ! Ce premier tome a été un véritable plaisir de lecture, d'autant que l'auteure a vraiment travaillé le contexte historique et la psychologie de ses personnages, offrant une cohérence qui fait défaut à bien des romances historiques anglo-saxonnes ! Les descriptions des mœurs, décors, costumes et conventions sociales de l'époque ainsi que les dialogues sont convaincants. En outre, j'ai trouvé les deux personnages principaux très attachants, le piège du mariage qui se referme sur eux astucieux, et le malentendu qui vient entacher leur début de vie commune intéressant... Comme l'intrigue se focalise sur Elisabeth et Henry, on passe assez rapidement sur les personnages secondaires, mais leurs apparitions sont tout de même primordiales pour l'avancée de l'intrigue. Je retrouverai avec beaucoup de plaisir, Louis d'Arsac auquel est consacré le tome 2 !

    Appréciation :

    note : 3 sur 5

    divers

    Meurtres sur le Palatin de Cristina Rodríguez - Une enquête de Kaeso le prétorien, tome 2

    Challenge organisé par ZinaLicorne - thème 1 : un livre dont le nom de l’auteur commence par N, D, J, F

    Challenge Histoire

    Ma 68ème participation au challenge de Lynnae - le héros évoque plusieurs fois Benjamin Franklin dont il est le compatriote et l'héroïne danse au bal de l'Opéra avec le comte d'Artois, frère du Roi

    Défi "Le siècle des Lumières"

    Challenge "Le siècle des Lumières" (6/36)

    Logo Livraddict

    babelio

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • But :
    Partager nos lectures sur le sujet LGBTAIQ.

    Durée :
    du 17 mai 2016 au 17 mai 2017

    Inscription :
    Sur Livraddict .

    Principe :
    Lire un livre dont le sujet est soit le point central de l'histoire, soit accessoire (c'est à dire que les personnages sont juste LGBTAIQ) .
    Sont acceptés toutes sortes de livres (romans, BD, comics, mangas) et de tous genres traitant du sujet ou dont l'auteur est LGBTAIQ.

    Niveaux :
    aucun 

    mes participations

    5/∞

    Sortie des sables de Victoriane Vadi
    ♦  Harper & Hicks, tome 1 de Cyriane Delanghe - une lecture mitigée malgré quelques bons atouts
    ♦ Pirates : L'intégrale de Claude Neix - un techno thriller  passionnant
    ♦ Prince captif, tome 3 de C.S. Pacat - une déception alors que j'avais adoré les deux premiers tomes
    ♦ Le Précepteur de Bonnie Dee - une très bonne surprise

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le manuscrit d'Aristarque de Christophe Chaffardon

    Merci à

    Masse critique

    et aux éditions 

    Le manuscrit d'Aristarque de Christophe Chaffardon

    pour ce partenariat !

    fiche détaillée

     Auteur > Christophe Chaffardon
    Editeur > Le Pommier
    Collection > Romans & plus junior
    Genre > Historique, jeunesse
    Date de parution > 2016
    Nombre de pages > 206
    Illustrations > Natacha Kotlarevsky

    auteur

    Auteur de plusieurs romans et documentaires, Christophe Chaffardon est responsable des activités éducatives de la Cité de l’espace à Toulouse.

    quatrième de couverture

    Fin du IIIème siècle avant JC. Ophélia, 12 ans, quitte Athènes avec son père, un médecin grec qui souhaite se rendre à Alexandrie. Mais en arrivant au port, le père d’Ophélia meurt soudainement, empoisonné. Avant de mourir, il fait promettre à sa fille de partir à la recherche d’un certain Aristarque. Ophélia sillonne la ville à la recherche du fameux scientifique et d’un précieux manuscrit qu’il aurait écrit. Mais de mystérieux personnages se lancent à sa poursuite. Quels liens ont-ils avec le grand prêtre égyptien de Memphis, qui critique les théories des astronomes grecs de la Grande Bibliothèque, dont Erathosthène est le directeur ? Qui est cet étrange borgne déjà aperçu sur le bateau venant d’Athènes ? Après une course-poursuite dans la ville d’Alexandrie et sur les rives du Nil, après avoir croisé Eratosthène et Archimède en personne, après avoir affronté la trahison de ses plus proches alliés, Ophélia réussira-t-elle à confier le manuscrit d’Aristarque à la bibliothèque aux 500 000 ouvrages, afin qu’il y soit conservé pour l’éternité ?
    Au fil du récit, le lecteur découvrira comment Alexandrie fut créée, qui étaient ses habitants, comment vivaient-ils ensemble, à quoi servait la Grande Bibliothèque qui s’y trouvait, quelle était la théorie révolutionnaire d’Aristarque de Samos, comment Eratosthène avait réussi à mesurer la taille de la Terre, et quelques autres découvertes médicales et scientifiques de cette époque…


    première phrase

    "Ophélia se réveilla en sursaut."

    avis personnel

    Normalement, je ne participe jamais aux masses critiques consacrées à la littérature jeunesse mais cette histoire se déroulant sous le règne des Ptolémée à Alexandrie ne pouvait que m'attirer.
    J'ai essayé de le lire en me mettant dans la peau d'un lecteur de 9-12 ans, auquel est destiné ce récit d'aventures.

    Alors, en effet, le livre fourmille d'informations historiques intéressantes, même si quelques-unes sont inexactes (je pense plus particulièrement aux Spartes, présentés comme les habitants de Sparte, alors que ce sont les Spartiates, tandis que les Spartes sont un peuple légendaire apparaissant dans le mythe de fondation de la ville de Thèbes, en Béotie). J'ai beaucoup aimé le début du roman, plutôt rythmé, malgré parfois quelques facilités narratives, qui passeront sûrement inaperçues aux yeux du lectorat visé. Mais ensuite, le livre devient un peu trop didactique, on est bombardé de renseignements historiques qui se succèdent trop rapidement au détriment de l'intrigue, si bien que je me suis un peu ennuyée alors que toutes ces anecdotes se rapportant aux différentes découvertes de l'époque étaient en elles-mêmes captivantes ! Oui, tout cela semble sûrement un peu contradictoire mais c'est ce que j'ai ressenti...

    En tout cas, je remercie les éditions Le Pommier ainsi que Babelio pour ce partenariat !

    Appréciation :

    note : 3 sur 5

    divers

    Challenge "L'Odyssée grecque"

    Challenge "L'Odyssée grecque" : 18/100

    Challenge "Voyage dans l'Egypte antique" proposé par Soukee

     Ma 14ème participation au challenge de Soukee -

    Challenge Histoire

    Ma 67ème participation au challenge de Lynnae - on rencontre Archimède, Eratosthène et le pharaon Ptolémée IV Philopatôr

    Le manuscrit d'Aristarque de Christophe Chaffardon

    Logo Livraddict

    babelio

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Le Tour d'écrou de Henry James

    fiche détaillée

     Auteur > Henry JAmes
    Editeur > Ebooks libres et gratuits
    Genre > horreur, classique
    Date de parution > 1898 pour l'édition originale , 2005 pour la présente édition
    Titre original > The Turn of the Screw
    Format > ePub
    Poids du fichier > 173 Ko (153 pages)
    Traduction > ??

    auteur
    (sources : Babelio)

    Le Tour d'écrou de Henry James

    Henry James est un écrivain américain, né en 1843 à New York, naturalisé britannique, et mort en 1916 à Londres.
    Il reçoit une éducation éclectique et peu conformiste de la part de son père, un intellectuel, disciple de Swedenborg et d’Emerson. Dès son jeune âge, Henry lit les classiques des littératures anglaise, américaine, française et allemande mais aussi les traductions des classiques russes, et trouve sa voie après s'être essayé à la peinture : il sera écrivain. A partir de ce moment, il voyage en permanence entre l'Europe et l'Amérique.
    C’est à Londres, où il s’établit à partir de 1878, qu’il écrit ses plus grands chefs-d’œuvre. Une série d’études sur la femme américaine dans un milieu européen fut inaugurée par Daisy Miller (1878). Le thème opposant innocence américaine et sophistication européenne se retrouve dans Les Européens (1878), Washington Square (1880), Portrait de femme (1881) , Les Bostoniennes (1885) et Reverberator (1888) et atteint sa conclusion avec Les Ambassadeurs (1903).
    Il aborde aussi le genre fantastique avant de trouver sa voie propre dans les histoires de fantômes (Ghost Tales), où il excelle, comme le prouve notamment Le Tour d'écrou (1898). Pendant toute sa carrière, Henry James s'est tout particulièrement intéressé à ce qu'il appelait la "belle et bénie nouvelle", ou les récits de taille intermédiaire. Parmi ces textes, on trouve plusieurs nouvelles très concises, dans lesquelles l'auteur parvient à traiter de sujets complexes. À d'autres moments, le récit s'approche d'un court roman.
    En 1915, pour protester contre la neutralité américaine au début de la première guerre mondiale, il demande et obtient la nationalité britannique. Henry James est l’écrivain qui a dépeint le plus finement la distance, qui n’a cessé depuis de grandir, entre l’esprit européen et la sensibilité américaine.
    Henry James ne s'est jamais marié et se présentait comme un célibataire endurci rejetant toute suggestion de mariage évitant toute dispersion pour se consacrer à l'écriture.
    Il a une attaque cardiaque le 2 décembre 1915, suivie d'une seconde le 13. Il reçoit l'ordre du Mérite le jour de l'an 1916.
    Il est devenu une figure majeure du réalisme littéraire du XIXe siècle, et il est considéré comme un maître de la nouvelle et du roman pour le grand raffinement de son écriture.

    quatrième de couverture

    Deux enfants, Miles et Flora, sont confiés, dans des circonstances un peu mystérieuses, à une gouvernante. Cette dernière acquiert bientôt la certitude que des esprits damnés persécutent les deux petits qui, par une sorte de connivence, gardent jalousement pour eux ce secret. Malgré tout, l'héroïne entreprend une lutte pour les libérer de cette possession dans une atmosphère de cauchemars et d'hallucinations... Dans la préface, Edmond Jaloux écrit : «Il semble que tous les personnages d'Henry James aient quelque chose de spectral. Et je le dis dans les deux sens du mot. Ce sont des projections de l'esprit sur d'autres projections de l'esprit, et il y a dans leurs passions, même les plus ardentes, quelque chose de glacé et d'étrange, parfois même d'inhumain, qui tout d'un coup nous fait souvenir qu'Henry James, après tout, a été le compatriote d'Edgar Poe.»


    première phrase

    "Bien que l'histoire nous eût tenus haletants autour du feu, en dehors de la remarque - trop évidente - qu'elle était sinistre, ainsi que le doit être essentiellement toute étrange histoire racontée la nuit de Noël dans une vieille maison, je ne me rappelle aucun commentaire jusqu'à ce que quelqu'un hasardât que c'était, à sa connaissance, le seul cas où pareille épreuve eût été subie par un enfant."

    avis personnel

    Je me suis intéressée à ce livre après avoir vu le film Les Autres d'Alejandro Amenábar, qui était censé en être une adaptation, mais après lecture,  il s'avère que le seul point commun que film et roman partagent est cette histoire ambigüe de revenants et la présence de deux enfants élevés dans un manoir isolé, ainsi que l'appellation Les Autres employés dans le livre par les enfants pour désigner ces fameuses apparitions.

    Pour en revenir au roman, je dois avouer que j'ai été déstabilisée au début par le style d'écriture. Je ne sais pas si c'est dû à la traduction, mais la façon dont étaient tournées les phrases donnait une impression de confusion, accentuée par le fait que les protagonistes ne finissaient pas toujours leurs phrases pour ménager la pudeur de leurs interlocuteurs et qu'il était parfois malaisé de comprendre lequel prenait la parole, si bien que j'étais obligée parfois de lire plusieurs fois certains passages. Si je n'étais pas habituée à la lecture de romans classiques, je pourrais me contenter de cette raison pour expliquer ma difficulté à entrer dans l'histoire, mais il n'en est rien. Je ressors donc un peu mitigée de cette lecture qui n'a pas comblé mes attentes, malgré des qualités certaines. Car l'auteur joue tout au long sur l'ambiguïté de certaines situations et l'évolution de notre conviction quant à la véracité des dires de la gouvernante :

    /!\Attention spoiler/!\♦ les fantômes de l'ancien valet et de la précédente gouvernante sont-ils réels ou le fruit de l'imagination dérangée de la nouvelle institutrice ?
    ♦ pourquoi celle-ci se montre-t-elle de plus en plus exaltée ?
    ♦ la grande affection qu'elle éprouve à l'égard de ses élèves n'est-elle pas d'ailleurs d'une nature plus coupable qu'il n'y parait, surtout vis-à-vis du garçon ?
    ♦ d'ailleurs, celui-ci n'a-t-il pas été abusé sexuellement par le défunt valet, ce qui expliquerait certains de ses comportements ?
    ♦ si les fantômes ne sont que pures inventions de la part de la gouvernante, pourquoi la description qu'elle en fait est si précise que Mrs Grove les reconnaît aussitôt ?
    ♦ a-t-elle tué Miles à la fin ? /!\Fin du spoiler/!\

    Aucune réponse ne nous sera donnée par Henry James à la fin de son roman, ce qui est assez frustrant. Mais il sait merveilleusement instaurer une atmosphère de plus en plus oppressante, distiller le doute dans l'esprit du lecteur, suggérer des situations malsaines qui nous poussent à nous interroger sur les motivations réelles des uns et des autres.

    Bref, une lecture qui me laisse sur ma faim mais me donne envie de la redécouvrir dans une autre traduction, ou qui sait en version originale, pour mieux l'apprécier...

    Appréciation :

    note : 3 sur 5

    diversChallenge "Un classique par mois"

    Challenge organisé par Pr Platypus (5/12)

    Challenge "ABC 2016 - Littératures de l'imaginaire..." de Mariejuliet

    Ma 12ème participation au challenge de Mariejuliet.

    Challenge organisé par Iluze (10/12)

    Logo Livraddict

    babelio

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • La Dame du Vallon Perdu d'Eve Terrellon - Les Dames de Riprole, tome 1

    Merci à

    Livraddict

    et à

    La Dame du Vallon Perdu d'Eve Terrellon - Les Dames de Riprole, tome 1

    pour ce partenariat !

    fiche détaillée

    Auteur > Eve Terrellon
    Editeur > Lune Ecarlate
    Série > Les Dames de Riprole
    Genre > romance historique
    Date de parution > 2016
    Format > ePub
    Poids du fichier > 1025 Ko (188 pages)

    auteur

    Installée depuis de nombreuses années dans le Berry, Eve Terrellon a d'abord exercé dans le cadre de l'insertion professionnelle avant de créer sa petite entreprise de gardiennage d'animaux. Elle se consacre aujourd'hui pleinement à l'écriture.
    En 2013, La Colline de l’oubli, romance traitant de la transsexualité dans un contexte de western historique, et La Petite Fée de Noël, romance plus légère mâtinée de paranormal et de fantasy voient le jour.

     

     quatrième de couverture

    En l'an de grâce 1416, Isabelle, sœur désargentée du ténébreux Arnault de Riprole, prend la route pour rejoindre le château de son fiancé. Sujette à une guerre endémique, la campagne normande est peu sûre et le charroi se fait attaquer. Sauvagement molestée, Isabelle est secourue par Tristan, un chevalier errant. Reconnaissante, elle demande à son frère d'accueillir ce dernier au château, pour qu'il y passe l'hiver avec son écuyer. Le fief est pauvre et la vie s'organise entre les mystérieux déplacements d'Arnault et la passion de Béranger pour la musique. Découvrant peu à peu les blessures qui marquent cette famille, Tristan se sent l'obligation de veiller sur Isabelle.

    première phrase

    "Le front appuyé contre les petits carreaux sertis de plomb de la fenêtre à meneaux, Isabelle regardait dans la cour."

    avis personnel

    Moi qui suis friande de romans historiques se déroulant au Moyen-Âge, je ne pouvais passer à côté de cet ouvrage !
    Vu que c'est une romance, j'avais un peur que le contexte historique ne soit qu'un prétexte et que l'histoire soit traitée de manière superficielle voire incohérente (comme il m'est si souvent advenu d'en lire, hélas), mais j'ai été très agréablement surprise par la qualité de l'intrigue et les efforts déployés par l'auteure pour nous immerger dans cette période de la Guerre de Cent ans (même si j'ai remarqué une ou deux facilités narratives notamment concernant l'agression d'Isabelle qui aurait pu être évitée... ^^) !

    Les personnages sont tous attachants et très différents dans leur comportement ou leurs motivations : la douce Isabelle, tellement attachée à son sens du devoir qu'elle est prête à se sacrifier pour sa famille, le ténébreux Arnault, son frère aîné, revenu de la guerre profondément modifié et brutal, et qu'elle ne reconnaît plus, le sensible Béranger, dernier né de la famille qui ne rêve que de devenir ménestrel au grand dam de son frère... Thierry, l'écuyer du sauveur d'Isabelle, loyal et impétueux... et puis son maître, l'insaisissable chevalier Tristan de Mortrans dont le secret est bien intrigant.  Je n'avais qu'une hâte : en savoir plus à ce sujet, et je me suis surprise à guetter impatiemment chaque indice. J'ai d'ailleurs eu deux thèses à ce propos, dont l'une d'elle s'est avérée la bonne !!

    Si j’ai adoré la 1ère moitié du livre, j'ai ensuite trouvé que tout s’enchaînait un peu trop rapidement alors que l’auteure avait jusque là pris son temps pour poser l’histoire et les personnages… tout se précipite en fait après la révélation du secret de Tristan... J'aurais mis une appréciation plus élevée avant d'en arriver à cette dernière partie, résolue de manière un peu trop expéditive, et souffrant parfois de passages un peu trop mièvres alors que les débuts avaient été un véritable enchantement

    Concernant l'édition, j’ai lu ce livre sous format numérique et il n’y avait pas de"renvoi" aux renvois (il m’a fallu attendre d’arriver à la fin du livre pour les lire), ce qui m’a fait un peu (beaucoup) pester au début mais plus du tout quand j’ai vu qu’ils m’auraient spoilée ! De plus, il reste plusieurs coquilles et fautes de conjugaison.

     Je pense que je lirai la suite, même si j’aurais préféré qu’elle porte sur le frère aîné dont le changement de caractère après son retour de la campagne militaire de 1412 m’intrigue beaucoup ! Malgré mes quelques réserves, ce livre restera une très jolie découverte…

    Je remercie Livraddict et les éditions Lune-Ecarlate pour ce partenariat. !

    Appréciation :

    note : 3 sur 5

    divers 

    La Dame du Vallon Perdu d'Eve Terrellon - Les Dames de Riprole, tome 1

    Logo Livraddict

    babelio

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires