• Strawberry Fields de Link

    Strawberry Fields de Link

    fiche détaillée

     Auteur > Link
    Editeur > TheBookEdition
    Genre > romance steampunk
    Date de parution >  2015
    Nombre de pages > 594 pages

    auteur

    LinkLink est un auteur français qui a gagné son pseudonyme grâce à ses lecteurs sur Internet.
    Son univers est principalement axé autour des contes, de l'aventure et des romances dans des mondes steampunk, fantasy ou urban fantasy.
    Elle aime s'évader pour vivre plusieurs vies auprès de ses personnages et entraîner les lecteurs avec elle dans son sillage.

    - Son portail -

     

    quatrième de couverture

    En Talégalle, pays de la Terre des Brumes, malgré la menace de conflit avec l’empire voisin, une partie de la population prospère grâce au commerce des soieries.
    Mais la pauvreté fait également rage : gangs de voyous dominent dans les grandes villes tandis qu’en campagne les orphelinats sont surpeuplés.
    Le destin d’Axelle, Quentin et Kimberley, trois orphelins du foyer de Saint-Jéthel sera intimement lié aux soubresauts de l’histoire taléganne.

    première phrase

    "Il y avait une maison au fond de la cour."

    avis personnel

    J'avais adoré son conte Les Compagnons de l'Arc-en-ciel, si bien que j'ai été plus que ravie quand l'auteure m'a proposé de lire ce nouveau roman, qui, cette fois, penche vers un univers plus steampunk que fantasy, faisant penser à la période de la Belle Époque.

    L'histoire se décompose en 3 parties et suit la destinée de trois orphelins, Axelle Cantini, Quentin Loxan et Kimberley de Saint-Jethel, de leurs 9 ans à l'âge adulte. On partage avec eux leurs joies, leurs peines, les épreuves qu'ils traversent, puis la douloureuse expérience de la séparation et de la guerre.

    D'ordinaire, je n'aime pas vraiment les histoires mettant en scène l'enfance des héros, mais aussi bizarrement que miraculeusement, cette partie-là a été ma préférée. Il faut dire que les enfants de l'orphelinat sont touchants dans leurs élans d'amour et d'amitié aussi bien que dans leurs maladresses ou chamailleries. Mais ils sont plus que de simples enfants, loin des clichés habituels, si bien que l'on est parfois surpris par certaines de leurs réactions imprévisibles...

    J'ai eu un énorme coup de cœur pour Quentin dont j'ai  beaucoup aimé le côté décalé, provoqué par sa précoce maturité, et les passages de son journal intime si imagés et évocateurs. J'ai été touchée également par Axelle et son refus d'être une fille, soulignant les épreuves traumatisantes qu'elle a subies durant son enfance (du moins, c'est que nous croyons deviner car nous n'apprendrons l'horrible réalité que plus loin dans l'histoire)...
    Par contre, Kimberley, m'a plusieurs fois mise mal à l'aise avec ses actes ou paroles frisant parfois la folie, et cette impression ne fait que se renforcer avec la période de son adolescence.

    Nous assistons à l'orphelinat à la naissance d'un amour aussi pur que profond, à la rencontre de deux âmes-sœurs que la vie va cruellement séparer, à leur volonté commune de se retrouver, un jour, sans rien savoir pendant des années sur la destinée de l'autre.

    La deuxième époque a été également fascinante, même si elle est beaucoup plus sombre. Nous changeons totalement de décor, et passons de la campagne à la ville, de l'orphelinat à l'enfer des gangs (ou des familles bourgeoises où seul le devoir compte au détriment des sentiments...). Charlaine, la chef de gang, est particulièrement glaçante dans son comportement où plus rien d'humain ne subsiste. Elle contribue à cette ambiance mystérieuse et malsaine, qui plane déjà à l'orphelinat, mais ne fait que s'exacerber au contact de ces âmes perdues.

    On sent que l'univers a été travaillé et réfléchi, tant on se sent immergé dans le récit, que ce soit au niveau du langage argotique comme des décors ou costumes. De plus l'histoire est servie par une écriture très poétique et des illustrations qui nous font entrer directement dans l'intimité des personnages. Je suis fan de ces lettres,  coupures de journaux, ou mots d'enfants, présents en fin de scènes ou de chapitres.

    Si j'ai littéralement dévoré les deux premières parties, j'ai été moins charmée par la troisième qui perd la magie des deux tiers du livre où tout était si merveilleusement imbriqué. Alors, bien sûr, j'ai été ravie de retrouver certains personnages d'Un Air de liberté (ah, Ankor, mon cœur bat toujours pour toi !!^^), mais j'ai trouvé que tout était un peu précipité, et que les effets étaient un peu trop appuyés. En effet, j'ai eu l'impression qu'il y avait comme une cassure entre les deux premières parties et la dernière au niveau de l'écriture et du style.

    Pour conclure, une histoire d'amour poignante entre deux personnages terriblement attachants dans un univers steampunk maîtrisé et évocateur, même si la dernière partie m'a moins convaincue et perd en intensité.

     Appréciation :

    note : 4 sur 5

    Page Facebook -

    extrait

     Journal de Quentin Lexan

    Je lui ai dit.
    Un baiser.
    Je lui ai dit parce qu'elle est la seule qui le mérite.
    Un baiser.
    Je lui ai dit parce que je voulais qu'elle voie à quel point je lui accorde ma confiance.
    Un baiser.
    Je lui ai dit parce que j'espère qu'elle m'offrira la sienne en retour.
    Et elle m'a donné un baiser...

    (page 96)

    divers

    Challenge "Les filles de Mrs Bennet" (jusqu'au 31 août 2016)
    Challenge organisé parDeedee1310 (5/12)

     

    Logo Livraddict

    babelio

     

    « Bestiarius, tome 1 de Masasumi KakizakiLes Aigles de Rome, Livre I d'Enrico Marini »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 18:54
    Je suis extrêmement touchée par ce billet sur mon roman. Je suis ravie de lire que tu as apprécié l'histoire, même si tu as moins aimé la dernière partie pourtant essentielle (à mes yeux) pour conclure sur la schizophrénie de Kimberley, latente depuis l'enfance, ainsi que tu l'as soulignée.
    Merci beaucoup de m'avoir toujours soutenue dans mes écrits, et de donner ton avis sincère sur ce qu'ils t'ont fait vivre comme expérience en tant que lectrice.
    J'espère te charmer avec le prochain roman dont je suis en train d'achever l'écriture en ce moment même, et qui devrait être publié pour cet été (dans lequel, tu seras heureuse de l'apprendre, tu y retrouveras une apparition, fugace, d'Ankor !)
    Encore, mille mercis !
      • Dimanche 31 Janvier 2016 à 19:16

        Je suis contente que mon billet te plaise car ce n'est pas évident d'écrire une chronique sur le livre d'un auteur qui ne nous est pas totalement inconnu...

        J'ai oublié d'en parler dans l'article mais j'ai été complètement époustouflée par l'acrostiche que Quentin écrit Essaim de papillons sur bouquet de fleurs, que j'ai trouvé d'une très grande beauté...

        Concernant Kimberley, j'ai trouvé ses réactions de plus en plus dérangeantes au fil de l'histoire, et tu as très bien su rendre sa schizophrénie...

        Je vais guetter la sortie de ton prochain roman, surtout que j'ai cru comprendre qu'il y était question de piraterie, alors, comment résister ?!?

        En tout cas, la lecture de Strawberry Fields a été délicieuse, je n'espérais plus que tu finisses l'histoire, mais cela aurait été vraiment dommage car Axelle et Quentin est un couple d'amoureux inoubliable...

    2
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 19:48
    Merci pour l'acrostiche ! Je l'ai écrit en 1997 celui-là, il remonte ! C'était un des tous premiers fac-similés que j'avais composé pour le roman. Il est resté inchangé dans toutes les versions qu'il a pu connaître, jusqu'à la définitive.
    Même si aujourd'hui, mon texte préféré de Quentin (oui, c'est pas parce que je suis l'auteure que je n'en ai pas un préféré moi aussi ! lol) c'est "la complainte du saule et de l'ancolie".
      • Vendredi 26 Février 2016 à 20:44

        Merci pour l'explication, j'adore découvrir la genèse des romans... wink2

    3
    Jeudi 18 Février 2016 à 11:13
    Cette lecture m'a l'air vraiment tentante. En plus je suis friande des univers steampunk. Je prends note, merci pour la découverte Parthie :D
      • Vendredi 26 Février 2016 à 21:04

        J'espère que tu te laisseras tenter alors...wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :