• L'Elu des semi-Elfes de Corbeyran & Bordier - Elfes, tome 4

    L'Elu des semi-Elfes de Corbeyran & Bordier - Elfes, tome 4

    Fiche détaillée

    Scenario > Eric Corbeyran
    Dessin > Jean-Paul Bordier
    Couleur > Digikore Studios
    Editeur > Soleil Productions
    Série > Elfes, tome 4
    Genre > Fantasy
    Date de parution > octobre 2013
    Nombre de planches > 54

    auteur

    Corbeyran  Né à Marseille en 1964, Corbeyran vit à Bordeaux depuis 1987. Après avoir travaillé comme animateur de centre de vacances puis comme graphiste free-lance dans la publicité, il fait ses premiers pas dans la bd en signant le scénario de l‘album Les Griffes du Marais (Vents d’Ouest), publié en janvier 1990. Voyageur immobile, curieux de tout, avide d’images, de rencontres et d’expériences nouvelles, Corbeyran s’intéresse à (presque) tous les sujets et s’attache à explorer (presque) tous les genres, du polar (Garrigue) à la science fiction (Le Régulateur) en passant par l’aventure (Nelson Lobster), le thriller (Pulsions), l’humour (Kid Korrigan) et l'heroïc fantasy (Weëna). Le succès arrive en 1997 avec Le Chant des Stryges (Delcourt), dessiné par Richard Guérineau, un récit dense, complexe et tentaculaire qui jette une lumière inquiétante sur les origines de l'humanité en même temps qu'il pose les bases du renouveau du thriller fantastique en bande dessinée. En 1999, l'association "BD Boum" lui offre la possibilité d'orchestrer une œuvre collective autour de deux univers très particuliers : la prison et la surdité. 4 recueils de récits courts en noir et blanc donnant la parole aux détenus et aux sourds verront ainsi le jour sous la plume de dessinateurs connus (Margerin, Juillard, Mézières, Cabanes, Larcenet, Davodeau, Baudoin...) et moins connus. Si le fantastique occupe une place de choix dans sa bibliographie, Corbeyran n'hésite cependant pas à s’aventurer sur des terrains plus réalistes avec des récits intimistes et émouvants comme Lie-de-Vin ou Rosangella (Dargaud), dessinés par son complice Olivier Berlion (avec il a réalisé plus d'une vingtaine d'albums).  En 2006, les amateurs de feuilletons populaires plébiscitent La Loi des 12 Tables (Delcourt), dessiné par Défali, véritable défi scénaristique et graphique (12 épisodes de 30 pages, regroupés en 6 volumes et réalisés en 12 mois : un record !) et, en 2008, ils saluent l'originalité de l'ambitieux projet Uchronie[s] (Glénat) qui revisite la ville de New-York à travers le prisme de 3 réalités élaborées par Chabbert, Tibery et Défali. Corbeyran a obtenu le prix Jacques Lob pour l'ensemble de son oeuvre en 2005. De nombreuses autres récompenses jalonnent sa carrière : prix du meilleur album jeunesse à Blois (1996), Bulle d'Or du meilleur scénario à Brignais (1997), meilleur album à Chambéry (2000) et à Cognac (2007), prix Interfestival (2000), prix Extrapole (2000), prix des libraires Canal BD (2000), prix Tournesol (2002), prix Jules Verne (2005), Coup de Coeur à Sierre (Suisse), meilleur album étranger à Sobreda (Portugal), et, tout récemment, médaille d'argent de l'International Manga Award (Japon).
    Photo © Dargaud
    Texte © Glénat

    BordierJean-Paul Bordier est né le 28 Novembre 1984 en Basse-Normandie. Ayant grandi au milieu d'une bande de cinq grands frères et soeurs, ils se sont très vite dépatouillés gentiment du petit frère à l'aide de feuilles, de feutres et de crayons. Depuis ces ustensiles ne l'ont pas quitté!! Il a grandi au milieu des piles d'Astérix, de Picsou magazine et de Tintin. Avec l'âge, il découvre d'autres univers, des auteurs comme Tolkien, Herbert, Miyazaki, Toriyama, Giraud, Loisel, Howe et bien d'autres... Après cinq années d'études en ébénisterie, il se lance enfin dans une formation de trois ans en école d'art à Nantes. Deux semaines après l'examen, Jean-Luc Istin le repère en passant sur son blog et lui propose une collaboration avec Thierry Gloris sur une nouvelle série : «Souvenirs d'un elficologue.» C'est le début d'un travail acharné! Désormais il réside en Bretagne non loin de Rennes, dans sa tanière de hobbit, et garde bien des coups de crayon en réserve pour la suite...
    Texte et photo © Soleil
    blog de l'auteur -

    quatrieme de couverture

    Les semi-elfes n’ont ni pays, ni patrie, ni roi, ni unité. Ce sont des bâtards dégénérés, fruits des ébats interdits entre Elfes et Humains. Détestés par les races « pures », ils sont persécutés, chassés, bannis, emprisonnés, lorsqu’ils ne sont pas purement et simplement éliminés à la naissance.
    Certains se regroupent en tribus, d'autres vivent éparpillés, tous tentent de survivre dans le monde des Hommes.

    Mais les temps changent et le récit d'une ancienne prophétie se fait entendre.
    L'annonciation d'une marque, d'un élu, d'un renouveau...
    Leur sort semblait scellé, leur destin infortuné.
    En réalité, leur histoire ne fait que commencer.

    avis personnel

    Jih-Biin, le semi-elfe de la couverture, raconte. Il raconte l'histoire de son peuple,  sa rencontre avec Nah-Thaal, l'élu de la prophétie promettant à sa race persécutée et éparpillée à travers le monde de se rassembler à l'ère du renouveau derrière une seule bannière pour ne plus former qu'une seule nation.
    Nah-Thaal, épaulé de Jih-Biin et de la belle May-Liiss, mène donc depuis des années son peuple à la recherche d'une terre accueillante. La chance semble enfin leur sourire quand l'élu obtient une audience de la reine des elfes sylvains pour négocier leur installation sur les ruines d'une de ses cités, tandis que Jih-Biin est approché par une femme mystérieuse et porteuse d'un secret...

     On ressent plus dans ce tome la contrainte inhérente au concept du one-shot et qui ne permet pas à l'intrigue de se développer pleinement, car si l'idée de départ était très intéressante, le scenario était peut-être un peu trop ambitieux pour se satisfaire d'un seul tome, d'où une impression de facilité et de survol...

    Certains personnages ou certaines situations sont introduits de manière un peu trop rapide, si bien que leurs actions ou leurs décisions ne semblent pas très crédibles.

    Autre déception : nous n'avons ici, contrairement aux autres tomes, aucun repère géographique. Mais peut-être est-ce une volonté du scénariste pour coller au plus près de l'histoire de ce peuple apatride, condamné à l'errance.

    Côté illustrations, je les ai trouvées très belles, et le découpage donne du rythme à l'histoire. J'ai particulièrement aimé la diversité des visages, des coiffures et des tatouages tribaux de ces elfes sylvains et demi-elfes.

    Pour conclure, une lecture très agréable mais la trame trop riche de l'histoire est desservie par le format étriqué du one-shot. Du coup, les rebondissements, trahisons, faux-semblants et révélations qui parsèment l'histoire semblent un peu artificiels...

    Appréciation :

    note : 3 sur 5

    L'Elu des semi-Elfes de Corbeyran & Bordier - Elfes, tome 4 

    - Elfes : le dossier -


    Parutions :
    Tome 1, février 2013 > Le Crystal des Elfes bleus  (scénario > Jean-Luc Istin ; dessin > Kyko Duarte)
    Tome 2, mai 2013 > L’Honneur des Elfes sylvains  (scénario > Nicolas Jarry ; dessin > Gianluca Maconi)
    Tome 3, août 2013 > Elfes blancs, coeur noir (scénario > Olivier Péru ; dessin > Stéphane Bileau)
    Tome 4, oct. 2013 > L’Élu des demi-elfes (scénario > Corbeyran ; dessin > Jean-Paul Bordier)
    Tome 5, janvier 2014 > La dynastie des Elfes noirs (scénario > Marc Hadrien ; dessin > Ma Yi)

    extrait

     L'Elu des semi-Elfes de Corbeyran & Bordier - Elfes, tome 4   L'Elu des semi-Elfes de Corbeyran & Bordier - Elfes, tome 4

    L'Elu des semi-Elfes de Corbeyran & Bordier - Elfes, tome 4

    divers

      
    Challenge Littérature de l'Imaginaire organisé par MarieJuliet (7/12)

     

    Logo Livraddict

    babelio

     

    « Mon nom est Rouge d'Orhan PamukLa Dynastie des Elfes noirs d'Hadrien & Ma Yi - Elfes, tome 5 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Février 2015 à 10:55
    Alison Mossharty

    Tous pleins d'articles que je n'ai pas lu ^^ 

    Dommage ! C'est vrai que parfois le one-shot ne permet pas de s'attarder trop longuement sur le développement de l'intrigue !

    2
    Dimanche 1er Mars 2015 à 09:14

    eh oui... c'est d'autant plus frustrant que l'histoire en elle-même avait un énorme potentiel...yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :