• Livra'deux pour PalAddict

     

    LDPA what is it?
    C'est un challenge inspiré de ce que font déjà deux membres de la team, Jess et Iwry et qui est proposé depuis seize  éditions à l'ensemble de la communauté. Un rendez-vous régulier a lieu sur le site de Livraddict dans le but de rassembler des personnes autour de cette passion commune.

    Le principe:
    En binôme, chacun choisi dans la PAL(pile de livres à lire) de l'autre, trois livres :
    * Qu'il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
    * Dont il aimerait avoir l'avis d'un ami
    * Des titres qui nous interpellent pour leur résumé...
    Sur ces trois livres, nous en choisissons un et dans un délai imparti, nous devons le lire et en faire un avis.

     

    Le tirage au sort m'a à nouveau désignée deux partenaires de lecture : je choisirai 3 livres dans la PAL de La république des livres qui choisira 3 livres dans celle de Zaela qui m'en choisira 3 dans la mienne... Vous me suivez ?

    J'ai donc choisi pour La république des livres :

              L'homme au ventre de plomb de Jean-François Parot  Le cabinet du docteur black de E.B. Hudspeth  Today we live de Emmanuelle Pirotte

    La république des livres a lu Le Cabinet du docteur Black.

     Elle a choisi pour Zaela :

    Haut-Royaume tome 1 Millenium tome 1 L'Alliance des Trois       

    Zaela lira  peut-être a lu L'Alliance des Trois de Maxime Chattam.

    Et Zaela a choisi pour moi :

    Anno Dracula, tome 1de Kim Newman  L'âge du feu, tome 1 : Dragon de E. E. Knight  20 000 lieues sous les mers de Jules Verne       

    Je lirai sûrement  L'âge du feu de E.E. Knight qui entre dans le cadre du challenge ABC Littérature de l'imaginaire !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires
  •  Le sang des dieux et des rois, tome 1 de Eleanor Herman

    Merci à

    Bestiarius, tome 1 de Masumi Kakizaki

    et aux 

    Editions Robert Laffont

    pour ce partenariat !

    fiche détaillée

    Auteur >Eleanor Herman
    Editeur > Robert Laffont
    Collection >  R
    Genre > fantasy historique, jeunesse, young adult
    Date de parution > 2015 dans l'édition originale, 2016 dans la présente édition
    Titre original >  Blood of Gods and Royals, book 1: Legacy of Kings
    Nombre de pages > 461
    Traduction > de l'américain par Madeleine Nasalik

    auteur
    (sources : éditions Robert Laffont)

    Eleanor Herman Auteur bestseller du New York Times, Eleanor Herman a déjà écrit de nombreux ouvrages de non-fiction salués par la critique, dont Sex with Kings, Sex with the Queen, ou Mistress of the Vatican. Eleanor intervient aussi régulièrement dans les médias pour commenter les scandales royaux et a animé plusieurs épisodes de l'émission Lost Worlds sur History Channel.
    Née à Baltimore dans le Maryland, Eleanor est diplômée en journalisme de l'université de Towson. Elle a étudié les langues en Europe et travaillé pour le magazine de l'OTAN. Fascinée depuis l'enfance par le monde antique, elle a visité la plupart des sites sacrés de l'époque, ses palais, ses arènes, de la Troie d'Homère aux grands temples des oracles. Elle habite à McLean en Virginie avec son mari et leurs quatre chats. Le Sang des dieux et des rois est son premier roman et le premier volet d'une tétralogie.

     

    quatrième de couverture

    Imaginez une époque ou les dieux s'amusent des souffrances des hommes.
    Ou des forces maléfiques se déchaînent aux confins du monde connu.
    Ou des cendres des villes naissent des empires.

    Alexandre, héritier du trône de Macédoine, est en passe de découvrir son destin de conquérant, mais il est irrésistiblement attiré par une nouvelle venue.
    Katerina doit naviguer dans les eaux troubles des intrigues de la cour sans dévoiler sa mission secrète : tuer la reine.
    Jacob est prêt à tout sacrifier pour gagner le cœur de Katerina. Même s'il doit pour cela se mesurer à Héphestion, tueur sous la protection d'Alexandre.
    Enfin, par-delà les mers, Zofia, princesse persane fiancée à Alexandre malgré elle, part en quête des légendaires et mortels Dévoreurs d'Âmes, seuls capables d'infléchir son destin.

    Le Sang des dieux et des rois, la saga historico-fantasy événement bientôt adaptée par Warner Bros en série TV.
    « Eleanor Herman mêle brillamment éléments fantastiques et vérité historique dans cette saga haletante ! » Amy Ewing, auteur de la trilogie best-seller Le Joyau.

    première phrase

    "Katerina traverse la prairie à toutes jambes, cherchant du regard les racines ou les cailloux qui pourraient ralentir sa course."

    avis personnel

      Le Sang des Dieux et des Rois est un roman de fantasy historique : l'intrigue se fonde sur des faits historiques en y incluant des éléments de fantasy (magie, créatures surnaturelles...). Ici, le récit s'inscrit dans la Grèce antique sous le règne de Philippe II de Macédoine qui emmène le gros de son armée assiéger Byzance, laissant la régence à son fils Alexandre (le futur Alexandre le Grand !). Or, cette mission vient momentanément ajourner les plans de l'adolescent, qui projetait secrètement, en compagnie de son fidèle ami Héphestion, de partir à la recherche de la Fontaine de Jouvence, puits capable de guérir tous les maux et d'apporter la puissance spirituelle à qui boira de son eau. Sa quête est encore plus sérieusement compromise avec l'arrivée de deux paysans, Jacob et Katerina, et la participation du premier au Tournoi de Sang pour en remporter la récompense qui permettrait à Alexandre et Héphestion de financer leur projet.

    Dans le même temps, la présence entre les murs de Pella des seigneurs ésariens laisse planer une ombre inquiétante : ces hommes forment une sorte de fraternité guerrière ayant voué leur existence à la traque des magiciens et sorciers pour éradiquer la magie de la surface de la terre. Or, la Macédoine est le dernier royaume à s'opposer à leurs desseins...

     Le Sang des Dieux et des Rois, tome 1 de Eleanor Herman

    Moi qui suis un peu amoureuse de Philippe de Macédoine et qui adore tout ce qui a trait à la Grèce antique, j'ai donc débuté ma lecture  avec un plaisir anticipé. Si celle-ci fut on ne peut plus plaisante, je dois avouer que je me suis sentie déroutée par le style d'écriture : l'histoire est écrite au présent de l'indicatif, or, je n'en suis pas très friande (si, pour une nouvelle, ce temps ne me pose pas de problème, pour un roman de plus de 400 pages, cela m'a un peu crispée durant ma lecture !).
    En outre, j'ai été très surprise par l'emploi abusif des diminutifs : Kat pour Katerina, Alex pour Alexandre, Cyn pour Cynané, Héph pour Héphestion, Zo pour Zofia... manquait plus que Phil pour Philippe et là, j'avoue que j'aurais été tout à fait blasée (la fonction royale n'aurait d'ailleurs pu supporter un tel manquement à l'étiquette !!^^)... Bref, je connaissais la manie des Anglo-saxons de donner des diminutifs à tout-va mais pas à ce point-là ! Néanmoins, si les surnoms n'avaient été réservés qu'aux dialogues, cet usage ne m'aurait pas agacée plus que cela, mais ils étaient presque systématiquement employés dans la partie narrative... et je dois dire que cette pratique m'a également crispée...

    Autre réserve : les facilités narratives auxquelles cède l'auteure pour faire avancer l'intrigue ou sortir ses personnages de  situations  mauvaises (je pense à la fuite de Zo, aux informations récoltées un peu trop facilement par Kat, à la découverte des passages secrets...)...

    Tous ces petits couacs m'ont finalement poussée à m'interroger sur la destination de la collection R des éditions Laffont : après recherches, il s'avère que cette collection s'adresse aux adolescents et jeunes adultes, ce qui m'a aidé à comprendre certaines de mes réticences, ainsi que la faiblesse de l'intrigue de base et l'évidence de certains indices (j'ai ainsi très rapidement deviné le secret lié à Kat).

    Dernier petit point négatif : la foultitude des personnages et des intrigues. Alors que cet aspect ne m'avait pas dérangée avec Game of thrones car l'auteur prenait vraiment le temps de s'attarder sur eux, ici, j'ai trouvé que ces éléments manquaient de développement, ce qui fait que l'on ne s'attache pas tout à fait aux personnages ni que l'on assimile tout à fait certains aspects de l'univers ré-inventé. J'aurais aimé en apprendre davantage par exemple sur les seigneurs ésariens ou les Dévoreurs d'âme ou encore le monde si varié de la magie...

    Par contre, la partie purement historique est celle qui m'a le plus enthousiasmée. On sent que l'auteure s'est documentée, non seulement sur la situation géopolitique du monde antique mais également sur la vie quotidienne de ses habitants (armement, nourriture, hygiène, vêtements, éclairage, système de chauffage...), si bien que l'on se sent complètement immergé dans l'histoire. J'ai adoré tous ces petit détails réalistes qui donnent de l'authenticité au récit...
    De ce point de vue-là, Le Sang des Dieux et des Rois est indéniablement un roman ambitieux pour le lectorat visé.

    Concernant l'édition, l'objet livre en lui-même est très beau : j'ai beaucoup apprécié la couverture ainsi que la mise en page et l'ornement typographique. A l'intérieur, nous avons droit à une très jolie carte. De même, j'ai apprécié le fait que chaque partie débute par une citation d'Aristote. Tout cela contribuait pour ma part à agrémenter ma lecture...

     Le Sang des Dieux et des Rois, tome 1 de Eleanor Herman

    Malgré ses défauts, Le Sang des Dieux et des Rois est un livre extrêmement agréable et plaisant à lire, même si certains points m'ont quelque peu crispée durant ma lecture. J'aurais aimé un peu plus de développement sur les personnages ou l'univers de fantasy mais j'aurais sans aucun doute du plaisir à découvrir la suite, d'autant que j'ai fini par m'attacher à Héphestion, qui bénéficie de plus de développement que les autres...

    Je remercie les éditions Robert Laffont ainsi que Babelio pour ce partenariat !

    Appréciation :

    note : 3 sur 5

    extrait

     Héphestion se tient à quelques pas de son ami. Pour la première fois depuis le retour du prince, Cyn s'autorise un examen détaillé : des pommettes saillantes, une mâchoire virile, d'épais cheveux noirs dont il semble prendre grand soin. Elle l'imagine debout devant un miroir, armé d'un peigne t d'une fiole d'huile parfumée, arrangeant ses bouclettes avec l'œil d'un sculpteur. Sa tunique rouge lui sied à la perfection. Il s'est également paré d'un torque, d'une manchette et d'une bague en argent. A sa grande surprise, Cyn doit lutter contre l'envie e poser les mains sur lui, de palper ses muscles. Il a l'air fort, indomptable. Comme un jeune étalon dont on doit briser la volonté avant de le monter.
    (page 48)

    divers

    Challenge "L'Odyssée grecque"

    Challenge "L'Odyssée grecque" : 16/100

    Challenge Histoire

    Ma 62ème participation au challenge de Lynnae - l'héroïne rencontre Alexandre le Grand

    Challenge "ABC 2016 - Littératures de l'imaginaire..." de Mariejuliet

    Ma 5ème participation au challenge de Mariejuliet.

    Challenge organisé par Iluze (6/12)

    Editions Robert Laffont
    babelio
     

    Logo Livraddict

    booknode

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    7 commentaires
  • Pirates : L'intégrale de Claude Neix

    fiche détaillée

    Auteur > Claude Neix
    Editeur > S.G. (Studio Gothika)
    Genre > thriller d'anticipation, M/M, techno-thriller
    Date de parution > 2002 pour l'édition originale, 2016 pour la présente édition
    Format > AZW
    Poids du fichier > 1130 Kb (399 pages)

    auteur

    (sources : Amazon)

     Cristina Rodríguez
    Depuis plus de 15 ans, maintenant, Claude Neix signe des fictions ludiques et légères destinées au lectorat "Young Adult Gay" et, occasionnellement, féminin à titre personnel ou au sein de maisons d'éditions spécialisées réputées telles les "Éditions Gaies et Lesbiennes" ou les incontournables éditions "H&O"..
    Claude Neix est le pseudonyme de Cristina Rodríguez.
    sa page Facebook -

     

     quatrième de couverture

    Vincent, alias "Baby J", gagne sa vie en piratant des programmes, en volant des secrets industriels et en créant des virus informatiques.

    Mais, depuis quelques jours, il a comme qui dirait "un mauvais karma". Depuis qu'il a passé à son poignet une montre trouvée dans un tas de vieilleries, en fait. Les plats dont il se délecte habituellement ont un goût infect, la musique qu'il adore lui paraît soudain insupportable et le feuilleton qu'il suit assidument depuis des mois lui semble idiot. Sa puce neuronale, qu'il a fait implanter pour soulager ses terribles migraines ophtalmiques, se serait-elle déréglée ?

    Pour comble d'infortune, un puissant consortium, le C.I.E.R.C.E., est à ses trousses, ce qui le contraint à fuir toutes affaires cessantes.

    Pas longtemps car il est vite rattrapé par Balder, haut responsable du C.I.E.R.C.E., un homme aussi séduisant et mystérieux que mortellement dangereux.

    La proposition qu'il va faire à Vincent va laisser celui-ci sans voix et... agité par des sentiments contradictoires.

    première phrase

    "La pluie tombait dru, cette salope, je m'en souviens comme si c'était hier."

    avis personnel

    Je suis une vraie quiche en informatique, aussi ce thriller d'anticipation avec les hackers comme thématique m'intriguait vraiment beaucoup, et je me demandais comment l'auteure allait s'y prendre pour tenir le lecteur en haleine sans le noyer sous des termes trop techniques mais en ayant l'air de maîtriser le sujet quand même...

    Tout d'abord, je dois dire que l'avenir dépeint dans ce livre est terrifiant : l'Europe ne forme plus qu'un seul état, aux mains d'un consortium puissant appelé le C.I.E.R.C.E. qui détient le monopole des puces thérapeutiques implantées chez la majorité des humains. Ces puces, utilisées pour régler les problèmes de santé, contrôlent en fait les goûts et les envies de leurs propriétaires, tant au niveau culinaire que culturel, guidant ainsi leur choix consumériste...
    Ensuite, l'auteure arrive à nous immerger dans ce monde des hackers sans que le lecteur ne sente perdu avec tous ces termes informatiques : le souci de vraisemblance et l'aspect technologique sont respectés et convaincants ; on sent que l'auteure s'est documentée pour nous rendre crédible ce monde de la cybercriminalité.

    Il y a également un côté underground dans la description de cet univers futuriste. Le quartier du Marais, par exemple, est un endroit délétère et délabré où se sont réfugiés les laissés-pour-compte de la société, et cette ambiance est très bien rendue. Ensuite, les premières apparitions de Zig et Styx sont vraiment marquantes : ces personnages (qui m'ont fait penser à Pris et Leon, les replicants renégats du film Blade Runner) m'ont vraiment fait dresser les cheveux sur la tête tant par leur description que par leur comportement !

    Pour en revenir à l'histoire, celle-ci se déroule dans un futur proche sans que l'on puisse donner avec précision la date (sûrement le milieu du XXIème siècle, voire le début du XXIIème siècle). Vincent, un jeune hacker très doué, rêvant d'égaler Démétrios,  célèbre pirate informatique inégalé  et assassiné par le C.I.E.R.C.E., se voit à son tour traquer par cette organisation avant de tomber entre les mains de Balder Sørenson qui le convainc de rejoindre son équipe dissidente. Jusqu'où le jeune homme peut-il lui faire confiance ?

    J'ai adoré la première partie que j'ai trouvée haletante et captivante. La deuxième partie est tout aussi passionnante mais j'ai moins adhéré à la manière un peu trop facile dont les protagonistes infiltrent finalement  le C.I.E.R.C.E. (même si ce passage nous occasionne quelques fous rires). 

    L'auteure nous brosse toute une galerie de personnages saisissants. Vincent est un personnage extrêmement attachant, avec son impertinence et son humanité, dans un monde qui se déshumanise de plus en plus.
    Son adversaire Balder Sørenson marque les esprits, pas seulement à cause de sa particularité physique (c'est un albinos) mais également à cause de sa personnalité. Il est mystérieux et fascinant mais ses motivations m'ont souvent fait froid dans le dos car il se montre d'une détermination implacable quitte à se montrer manipulateur et sans scrupules. Je dois avouer que j'adore en sus son patronyme : cela peut vous sembler étrange mais je suis très sensible au noms des protagonistes qui pour moi font partie intégrante de l'histoire.
    Les autres personnages sont également dépourvus de manichéisme, et même si c'est leur part d'ombre qui paraît les dominer, ils arrivent à nous déstabiliser ou nous émouvoir par leur étincelle d'humanité.

    Pour conclure, un techno-thriller vertigineux qui m'a fait passer un très bon moment de lecture...

    J'aurais juste quelques réserves à émettre sur la mise en forme de l'édition : parfois il manque un espace entre deux mots ; l'absence de sommaire m'a également gênée pour revenir à certains chapitres...

    Appréciation :

    note : 4 sur 5

    extrait

    Il tira une bouffée de  sa cigarette et remit ses lunettes sans la moindre précipitation. A travers les verres fumés, je devinai son étrange regard, sanglant et tranchant comme le fil du couteau d'un assassin. Chacun de ses gestes semblait mesuré et d'un calme hypnotique. Il me faisait penser  à ces tigres blancs de Sibérie, dont les mouvements fluides ne laissent pas présager la puissance, pas avant qu'ils ne vous sautent à la gorge, du moins.

    divers

    Rendez-vous : le premier mardi chez Stephie c'est permis...

     Ma 25ème participation au RV de Stephie.

    Challenge "ABC 2016 - Littératures de l'imaginaire..." de Mariejuliet

    Ma 4ème participation au challenge de Mariejuliet.

    Virée littéraire européenne 

    Ma 10è participation à la 2è édition du challenge de BouQuiNeTTe - séjour en France
    D'autres billets en France : BouQuiNeTTe ♦ missmolko1 ♦ Sharon ♦ Julie ♦ Salhuna ♦

    Ma 3è participation au challenge de Ichmagbücher - (techno-thriller gay)

    Logo Livraddict

    babelio

    booknode

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    12 commentaires
  • L'ombre de Gilgamesh de Cyriane Delanghe - Harper & Hicks, tome 1

    Merci à

    Livraddict

    et aux éditions

    L'ombre de Gilgamesh de Cyriane Delanghe - Harper & Hicks, tome 1

    pour ce partenariat !

    fiche détaillée

    Auteur > Cyriane Delanghe
    Editeur > Voy'[el]
    Série > Harper & Hicks
    Genre > roman policier, érotisme M/M
    Date de parution > 2016
    Format > ePub
    Poids du fichier > 1024 Ko (145 pages)

    auteur

     - page Facebook de l'auteure -

    quatrième de couverture

    David Harper, lieutenant à la brigade criminelle de la police de Pennsylvanie, poursuit sans relâche les malfaiteurs et les meurtriers. Il adore son job. Pour lui, les règles sont les règles et jeter les assassins en prison obéit à son sens de la justice.
    Quand un tueur mystérieux sème la terreur à Philadelphie en reproduisant sur ses victimes d’antiques rites funéraires, il n’a d’autre choix que de se tourner vers la victime survivante d’une agression identique.
    Depuis trois ans, Morgan Hicks est interné en hôpital psychiatrique pour avoir voulu agresser l’un de ses étudiants qu’il soupçonne d’avoir momifié sa petite amie. Pour les besoins de son enquête, Harper obtient de ses supérieurs qu’il soit provisoirement relâché.
    S’engageant dans une véritable course contre la montre, les deux hommes se lancent à la poursuite du serial killer, lequel semble bien décidé à semer la Mort sur la ville pour s’ouvrir ainsi les portes de l’au-delà... à moins qu’il ne s’agisse d’assouvir une terrible vengeance.

    première phrase

    "Dave Harper se réveilla en hurlant, le corps trempé de sueur, les poings crispés sur ses draps."

    avis personnel

    La 4ème couverture, avec sa référence aux antiques rites funéraires utilisés comme mode opératoire par un serial killer, m'avait donné très envie de découvrir ce roman policier, mâtiné de romance M/M, et si la lecture fut extrêmement plaisante, je n'en reste pas moins sur ma faim. 

    L'histoire se déroule à Philadelphie où un tueur en série sème des cadavres en s'inspirant de différents rituels funéraires antiques. David Harper, le lieutenant chargé de l'affaire, va solliciter l'avis d'un expert, Morgan Hicks, brillant professeur d'anthropologie enfermé dans un hôpital psychiatrique suite à l'agression violente qu'il a exercée sur un de ses étudiants. Or, Harper va découvrir que Hicks est lié d'une manière ou d'une autre à ces crimes morbides.

    J'ai beaucoup aimé la première moitié du livre : la rencontre entre les deux protagonistes à l'hôpital psychiatrique, la découverte des meurtres, l'avancée de l'enquête mais certaines incohérences ou certains choix narratifs m'ont parfois gênée :
    * la scène de voyeurisme
    * le mobile des crimes (les explications du tueur sont vraiment tirées par les cheveux à mes yeux)
    * les rebondissements un peu trop rocambolesques
    * l'évolution de la romance pas assez fouillée

    Le début est vraiment entraînant, voire haletant, mais les circonstances qui provoquent la romance entre les deux hommes sont beaucoup trop malsaines. Cela aurait pu passer si les motivations du tueur avaient été vraiment développées et si l'auteure avait davantage insisté sur cette situation "glauquissime" avant que David et Morgan ne passent à l'acte. Pourtant, par moments Cyriane Delanghe réussit merveilleusement à nous faire ressentir le désarroi des deux hommes, leur dégoût, leur déchirement intérieur, puis l'acceptation de leur attirance.

    En tout cas, les deux protagonistes sont vraiment attachants : Harper est un détective - divorcé d'avec son ancienne co-équipière - préférant travailler en solo, au caractère un peu rugueux. C'est un soldat salement égratigné par la guerre en Afghanistan et qui tente de surmonter les traumatismes et les séquelles que celle-ci a laissés en lui.
    Hicks, de son côté, a été enfermé dans un hôpital psychiatrique après avoir agressé un de ses étudiants. Les circonstances de son internement restent assez floues, à part qu'il a une mère sur-protectrice qui le maintient dans un état de dépendance et que des soupçons pèsent sur lui quant au meurtre de sa petite-amie. Bourré de neuroleptiques, le jeune homme a néanmoins su préserver une partie de ses facultés intellectuelles au prix d'immenses efforts de concentration. Ces scènes qui soulignent l'altération de ses capacités sont d'ailleurs très touchantes et très bien décrites.

    J'aurais toutefois aimé que l'auteure fasse davantage douter le lecteur sur la culpabilité présumée de Hicks, qu'elle se joue de nous ainsi qu'avec nos nerfs. Mais la résolution des clés principales de l'enquête est trop rapide, rendant certaines argumentations pas très logiques ni très crédibles.

    C'est dommage car malgré mes réserves j'ai passé  un très agréable moment de lecture, la plume de l'auteure est fluide et entraînante. Je lirai sûrement la suite en espérant que le récit comporte moins d'incohérences et de maladresses. En tout cas, l'idée de départ était vraiment bonne.

    Concernant l'édition, attention à certains mots en trop et aux coquilles. En outre, il reste quelques fautes d'orthographe...

    Je remercie Livraddict et les éditions Voy'[el] pour ce partenariat.

    Appréciation :

    note : 2 sur 5

    extrait

    Un infirmier ouvrit la seconde porte face à lui et s'effaça pour laisser passer un jeune homme d'une trentaine d'années à l'expression inerte, au visage émacié, aux cheveux châtain bouclés rassemblés en queue de cheval, portant la combinaison blanche habituelle. Il s'assit docilement sur la chaise inoccupée, tandis que le soignant sortait des clefs de sa poche pour l'attacher aux accoudoirs.
    (page 8-9)

    divers

    Challenge "50 états 50 billets" organisé par Sofynet

    Ma 15ème participation au challenge de Sofynet - nuitée dans l'état de Pennsylvanie

     

    Virée littéraire européenne 

    Ma 9è participation à la 2è édition du challenge de BouQuiNeTTe - séjour en France
    D'autres billets en France : BouQuiNeTTe ♦ missmolko1 ♦ Sharon ♦ Julie ♦ Salhuna ♦

    Ma 2è participation au challenge de Ichmagbücher - (thriller gay)

    L'ombre de Gilgamesh de Cyriane Delanghe - Harper & Hicks, tome 1

    Logo Livraddict

    babelio

    booknode

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires
  • Suzon de Louise Bachellerie - Les Maîtresses du Temps, tome 1

    fiche détaillée

    Auteur > Louise Bachellerie
    Editeur > Delpierre
    Série > Les Maîtresses du Temps
    Genre > aventure historique
    Date de parution > 2014
    Format > ePub
    Poids du fichier > 1,24 Mo (333 pages)

    auteur(sources : Wikipédia)

    Louise Bachellerie, pseudonyme de Anne-Marie Alliot-Schaettel, est un auteur populaire de romans.
    En 1985, Louise Bachellerie, nom emprunté à une de ses grand-mères, et que son éditeur, Le Masque, a réduit plus simplement à Bachellerie, elle publie d'un coup quatre romans policiers.
    Alors qu'ils reçoivent tous un excellent accueil, notamment L'Île aux muettes, lauréat du Prix du Roman d'Aventures, et surtout Pas de quoi noyer un chat, qui remporte le Prix du roman policier de Cognac, elle quitte le monde de l'édition pour s'adonner à d'autres passions.
    Pour s'exercer à un autre genre, elle s'essaie à la littérature sentimentale sous une cinquantaine de pseudonymes.
    Elle sera notamment l'auteure de référence des romans d'amour du magazine Nous Deux entre 2003 et 2012. Elle écrira également de nombreux feuilletons.
    Louise Bachellerie revient enfin en 2014 avec une saga qui évoque les destins d'une lignée de six femmes prises dans la tourmente de l'histoire entre 1698 et 1968.
    Le premier tome Suzon est publié aux Éditions Delpierre et sera suivi (à paraître) de Louise, Claire, Blanche, Pauline et Jeanne.

    quatrième de couverture

    Paris, 1698. Fille de bourgeois, insolente, véritable garçon manqué grimpant aux arbres et jurant comme un charretier, Suzon est placée à huit ans au couvent des Ursulines de Saint-Denis.
    Dans cette prison, elle se lie d’amitié avec Ederna, jeune aristocrate originaire de Saint-Malo, qui lui raconte mille histoires de corsaires bravant la mer pour la gloire du Royaume.
    Rendue à sa famille à dix-sept ans, Suzon, toujours aussi rebelle, tombe éperdument amoureuse d’Antoine Carreau, chevalier de Léré. Mais le jeune homme est tué au cours d’un duel, laissant Suzon inconsolable, à la tête d’une petite fortune.
    Elle décide de quitter Paris pour Saint-Malo, afin d’y rejoindre son amie Ederna, mariée et mère de deux enfants, qui l’accueille à bras ouverts.
    Pourtant, Suzon rêve d’un autre destin que celui que la nature et la société lui ont prescrit. L’appel du large hante ses jours et ses nuits. Mais une femme peut-elle, même au siècle des Lumières, vivre sa vie librement et assouvir sa soif d’indépendance et d’infini ?
    C’est donc travestie en homme qu’elle investit sa fortune pour armer une frégate et sillonner les mers au côté du séduisant capitaine Thomas Raquidel, qui ne sait rien de sa vraie nature.

    première phrase

    "Le sieur Pierre-Siméon Truchot, négociant en drap, indiennes et soieries, établi à Paris, rue Saint-Dominique (anciennement chemin des Vaches) nourrissait bien des reproches à l'égard de sa fille aînée."

    avis personnel

     J'ai lu ce livre il y a 3 semaines maintenant, mais n'ayant en ce moment pas beaucoup de goût pour chroniquer, voilà seulement que je m'attelle à la rédaction de mon ressenti de lecture... Ce roman s'inscrit dans la pure tradition du roman d'aventures du XIXème siècle, il m'a d'ailleurs fait penser à ceux de Dumas, pleins de fracas et de péripéties rocambolesques, avec son lot de personnages archétypaux et ici une héroïne en quête éperdue de liberté et de fortune !

     Le monde est vu à travers les yeux de Suzon et ses arrêts intolérants mais jubilatoires, ce qui donne des passages comiques truculents. Au couvent, la jeune fille se lie d'amitié avec Ederna, qui possède le même trait de caractère insolent et rebelle mais que la jeune Malouine perdra à l'âge adulte tandis que Suzon optera pour une vie aventureuse défiant les conventions sociales de l'époque. L'auteure nous entraîne dans une suite ininterrompue d'aventures et nous fait voyager non seulement à travers la France mais également à travers les océans car Suzon embrasse à un moment une carrière de corsaire. Le rythme est enlevé, trépidant, les dialogues savoureux (et fleurant bon le langage du XVIIIè siècle), si bien que l'on se sent complètement immergé dans ce récit plein de fièvre, de violence, de batailles navales et de rebondissements. L'auteure obéit aux codes du genre, et bien que d'ordinaire je sois rebutée par les facilités narratives et leur lot d'invraisemblances, ici cela ne m'a pas du tout gênée car elles étaient bien intégrées à l'histoire, et je les voyais plus comme un hommage aux romans de cape et d'épée que comme une maladresse.

    L'auteure nous brosse toute une galerie de personnages, dont certains hauts-en-couleur : Suzanne Truchot, l'héroïne, véritable garçon manqué ne rêvant que d'aventures et se battant comme un homme ; Martine, sa nourrice dévouée ; le gueux Rantille, devenu mouche de la police (entendez espion) ; Ederna et son frère Elouan de Bonaban de la Gouesnière, amoureux malheureux mais bienveillant ; le chevalier Antoine Carreau de Léré, cadet de noblesse, poète et joueur ; l'arrogant et charismatique capitaine Thomas Raquidel de Kerguistin ; l'étrange gabier Claude Le Cam, ne dédaignant pas quelques activités de pirate ;  Hamard de La Planche, chirurgien éclairé et ami loyal ; Kimba, la touchante et fière esclave...

    Rantille est le personnage qui m'a le plus touchée : apparaissant de prime abord comme l'ennemi de Suzon, on finit par deviner que son comportement  est en fait motivé par l'amour profond qu'il lui porte... J'aurais d'ailleurs aimé que l'auteure s'attarde un peu plus sur ce personnage...

     Pour conclure, un livre digne des romans populaires du XIXème siècle : le lecteur se sent embarqué dans le tourbillon des aventures vécues par l'héroïne. L'auteure nous promène allègrement dans les rues populaires du Paris du début du XVIIIè siècle, nous faisant côtoyer toutes les couches de la société, que ce soit dans une boutique bourgeoise, dans un couvent prisé par la noblesse, les maisons de jeux, les tavernes malouines ou le pont des navires corsaires du roi... J'ai souvent tremblé pour l'héroïne même si j'ai trouvé certains rebondissements un peu trop faciles. La lecture passe très rapidement et agréablement et je lirai sans aucun doute la destinée des descendantes de cette Suzon si indépendante et si déterminée !

    Appréciation :

    note : 3 sur 5

    extrait

    - Que tu es sot, mon pauvre Rantille ! soupira Suzanne en baissant sa lame.
    - Si je n'étais point si pauvre, je ne serais point si sot ! répliqua-t-il promptement.
    Et Suzanne jugea qu'il avait un bon raisonnement. Elle s'émut presque et demanda :
    - M'as-tu pardonné de t'avoir marqué à la main en fermant trop fortement mes dents dessus ?
    - Je suis marqué à l'œil par une poutre qui le creva, rue Saint-Dominique, marqué à la jambe par un boulet qui m'en ôta la moitié, sur un navire où j'ai navigué avec toi... la marque que tu m'as faite n'est pas la plus difficile à supporter, même si elle fut douloureuse...
    Et Suzon rengaina son épée.
    (page 220)

    divers

    Challenge "Les filles de Mrs Bennet" (jusqu'au 31 août 2016)
    Challenge organisé par Deedee1310 (9/12)

    Challenge organisé par Iluze (5/12)

    Challenge "A l'abordage" organisé par Ivy-Read

    Ma 5è participation au challenge d'Ivy-Read.

    Challenge Histoire

    Ma 61ème participation au challenge de Lynnae - l'héroïne rencontre Mme du Deffand et le roi Louis XV

    Défi "Le siècle des Lumières"

    Challenge "Le siècle des Lumières" (5/36) - évocation des loges maçonniques

    Virée littéraire européenne 

    Ma 7è participation à la 2è édition du challenge de BouQuiNeTTe - séjour en France
    D'autres billets en France : BouQuiNeTTe ♦ missmolko1 ♦ Sharon ♦ Julie ♦ Salhuna ♦

    Logo Livraddict

    babelio

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    7 commentaires