• La chambre des Dames de Jeanne Bourin

    La chambre des dames de Jeanne Bourin

    Fiche détaillée

    Auteur > Jeanne Bourin
    Editeur > France Loisirs
    Genre > Historique (Moyen-Age)
    Date de parution > 1984
    Nombre de pages > 429
    Préface > Régine Pernoud

    auteur
    (source : Evene)

    Jeanne Bourin

    Née en 1922, Jeanne Bourin passe une double licence d'histoire et de lettres, après des études au lycée Victor-Duruy. Romancière et historienne médiéviste, elle publie en 1963 son premier livre qui raconte les amours respectives de Pierre de Ronsard et d'Agrippa d'Aubigné. Sa deuxième parution est une biographie d'Agnès Sorel intitulée La dame de beauté et pour laquelle Jeanne Bourin a renoué avec une méthode historique. Mais c'est en 1979 qu'elle connaît son plus grand succès : elle a consacré sept ans de recherche à ce roman qui rassemble critique et public. La chambre des dames, préfacée par Régine Pernoud, met en scènes des marchands et artisans du siècle de Saint-Louis. Le livre obtient plusieurs prix et est traduit en sept langues. Elle écrit en outre la suite de son roman à succès sous le titre du Jeu de la Tentation. Le genre romanesque devient alors sa source fétiche : elle étudie la passion de Pierre de Ronsard pour Cassandre dans Les Amours blessées en 1987 avant de consacrer le début des années 1990 à une histoire des jardins français. Jeanne Bourin a de même organisé plusieurs conférences et écrit de nombreux articles de presse.
    Elle meurt en 2003.

     

    quatrieme de couverture

    Jamais le Moyen Age n'avait encore inspiré un tel roman, chronique chaude et familière d'une famille vivant au XIIIème siècle, dans le royaume de Saint Louis.
    Ce roman n'est pas un roman historique au sens habituel du terme. C'est un roman dans l'histoire. Jeanne Bourin y conte l'existence quotidienne des Brunel, orfèvres à Paris, surtout celle des femmes et, tout particulièrement, de deux d'entre elles : Mathilde, la mère, trente-quatre ans, et Florie, sa fille, quinze ans, qui se marie. Tout semble tranquille, assuré. Rien ne l'est car une folle passion et des événements dramatiques vont ravager la vie des Brunel.
    Si l'intrigue est imaginaire, le cadre historique, lui, ne l'est pas. Une documentation rigoureuse donne au moindre détail une authenticité que Régine Pernoud, éminente médiéviste, s'est plus à confirmer dans sa préface : les Brunel vivent sous nos yeux comme on vivait en XIIIème siècle rayonnant où l'on mêlait gaillardement vie charnelle et vie spirituelle, quête du corps et quête de l'âme, sans déchirement. A travers La Chambre des dames, tout un temps ressuscite dans sa verdeur, son naturel et son originalité. Nous épousons sa mentalité, tout à la fois voisine et différente de celle d'aujourd'hui. Mathilde, Florie, chaque personnage nous devient familier, nous les aimons comme s'ils étaient des nôtres. C'est ainsi que bien des idées reçues se voient battues en brèche.

    première phrase

    "Déchirant la nuit qui déclinait, le cor, soudain, sonnait le jour."

    avis personnel

    J'avais lu ce livre, adolescente, et il m'avait laissé une forte impression. Je le relis longtemps après dans le cadre d'une lecture commune, et je lui trouve toujours autant de charme, même si ce charme me paraît désormais un peu suranné et que certains défauts sont plus visibles à mes yeux.

    Or donc, ce qui m'avait séduite et qui continue à me séduire, c'est cette immersion totale dans ce Paris du XIIIè siècle où l'on suit le quotidien d'une famille d'orfèvres, les Brunel. L'auteure décrit avec beaucoup de précision les décors, les costumes, les bijoux, les fêtes, les repas et même les odeurs... On suit certains membres de la famille dans leur visite aux malades de l'Hôtel-Dieu, dans la procession du saint patron de leur guilde, dans les caroles fêtant le mois de mai, dans leurs déplacements d'une région à l'autre... bref, dans les mille et un gestes qui émaillent leur quotidien ! Car c'est un Moyen-Age vivant, coloré, érudit, que nous dépeint l'auteure, loin des clichés habituels sur la noirceur crasse des temps... peut-être même un peu trop idéalisé parfois !
    Il y a un détail qui pourra peut-être surprendre les lecteurs(trices) du XXIème siècle mais qui participe au réalisme du livre et c'est l'omniprésence de Dieu dans leurs moindres gestes, dans leurs moindres pensées !

    Mais ce livre a également les défauts de ses qualités car dans son souci du détail réaliste, l'auteure ne nous épargne aucun adjectif, aucun substantif dans des phrases à rallonge, si bien que l'on a parfois l'impression qu'elle nous dresse le catalogue d'un marchand médiéval tenant boutique !
    Cette lourdeur se ressent dans certains des dialogues où l'auteure enferme des informations qui n'y ont pas leur place et qui donnent l'impression qu'ils sonnent faux...

    Concernant l'histoire en elle-même, l'intrigue tourne surtout autour de Mathilde, la mère, et de Florie, la fille aînée, qui vont toutes deux éprouver une passion coupable pour le cousin par alliance de la deuxième, Guillaume Dubourg.
    On assiste donc à leur combat intérieur pour résister à cette tentation redoutable et respecter leur devoir envers leurs époux respectifs.
    Personnellement, je ne me suis attachée à aucun des personnages de ce triangle amoureux (le seul qui trouve grâce à mes yeux dans le roman est Arnauld, le frère aîné).
    Mathilde m'agace par ses lamentations incessantes sur l'impuissance de son époux (le pauvre !).
    Florie, si elle m'avait émue lors de ma première lecture, me laisse dans l'incompréhension la plus totale... /!\Attention spoiler/!\Si on lui pardonne sa faiblesse dans la première partie du livre eu égard à sa jeunesse, à son inexpérience et au machiavélisme de Guillaume, on a bien du mal à comprendre sa rechute 6 ans plus tard. Idem, pour Guillaume. Je dois avouer qu'au début, j'éprouvais de la pitié pour lui car il semblait malheureux de ses sentiments envers Florie et qu'il éprouvait de la culpabilité vis-à-vis de son cousin, mais ensuite,son manque flagrant de scrupules, son chantage honteux n'ont attiré que mon mépris. Il fait preuve d'un égoïsme aussi délirant que sa passion est destructrice, ce qui fait de lui un être totalement méprisable./!\Fin du spoiler/!\
    Mais c'est justement cela qui fait la force du roman selon moi : des personnages aux prises avec leur conscience et qui se débattent avec leurs contradictions, leurs doutes, leurs faiblesses et leur noirceur.

    Bref, malgré quelques défauts, je trouve cette plongée dans l'univers des Brunel passionnante avec des passages très forts, et les drames vécus par cette famille ne peuvent nous laisser indifférent.

    Appréciation :

    La chambre des Dames de Jeanne Bourin

     

    extrait

    page 61 :
    "Le soir était venu. Avec lui, la fête battait les murs de Paris. Au milieu des chaussées, aux carrefours, sur les places, on dansait, on chantait, on applaudissait, on buvait, on riait. Le long des rues tendues d'étoffes aux couleurs vibrantes, courtines et tapisseries ornaient les fenêtres. Des guirlandes de fleurs, de feuillages décoraient les façades de chaque maison.
    Ménestrels, musiciens, jongleurs, conteurs, s'étaient établis un peu partout, jouaient de tous les instruments, apostrophaient les passants, débitaient mille farces, étourdissaient les Parisiens dont les vêtements, tant ils étaient colorés, semblaient tout flambant neufs.
    Autour des arbres de Mai, enrubannés, plantés en des endroits choisis, filles et garçons faisaient des rondes. Sur les plus grandes places, on se livrait aux joies de la danse robardoise, à celles de la Belle Aélis, et, bien entendu, à la ballerie de la Reine de Printemps.
    Sans hâte, en cadence, une chaîne de jeunes femmes et filles oscillait, place de la Grève, au rythme de la carole."

    divers

    La suite de La Chambre des Dames : ici

    Lecture commune

    Lecture commune organisée par A Little Bit Dramatic...
    D'autres billets : AalizA Little Bit DramaticJelydragon ♦ Lynn

    Challenge "Histoire"

     Ma 3è participation au challenge de Lynnae - avec une brève apparition de Saint Louis.

     

    Logo Livraddict

    babelio

    booknode

    « Challenge "Un classique par mois""Un mois, un thème" : janvier et la musique #20 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Koelia Profil de Koelia
    Dimanche 27 Janvier 2013 à 17:00

    J'avais aussi beaucoup aimé ce livre étant adolescente. Il faudrait que je le retrouve au fond de la bibliothèque de mon père!

    2
    Kallaria Profil de Kallaria
    Dimanche 27 Janvier 2013 à 18:26

    oh je l'avais lu lorsque j'étais en licence je crois ^^ j'avais beaucoup aimé à l'époque, faudrait que je le relise moi aussi ^^

    3
    Parthenia Profil de Parthenia
    Dimanche 27 Janvier 2013 à 20:02

    Pourquoi ça ne m'étonne pas, les filles ?!?

    Mais bon, je suis sûre qu'en cherchant bien, nous n'avons pas que des points communs...

    4
    Lundi 28 Janvier 2013 à 12:16

    Le livre a des défauts, notamment au niveau des dialogues, qui, comme tu le dis, soit parfois très longs et donc, un peu lourds. Beaucoup d'adjectifs aussi, parfois, il y en a même un peu trop, je me suis sentie un peu lassée par moment.

    Ensuite, par contre, comme toi, j'ai aimé cette immersion totale dans un Moyen Âge tellement différent des clichés qui circulent en général sur cette époque. On est loin aussi des châteaux forts, des guerres atroces, des troubadours et des belles princesses alanguies, c'est assez sympa de voir comment vivaient les bourgeois de l'époque car on a tendance à les oublier.

    Bref, malgré ces défauts, j'ai trouvé le livre sympa, je me suis attachée aux personnages, surtout dans le tome 2, à Marie, qui est très touchante. Dans le premier tome, j'ai bien aimé Djounia, l'épouse égyptienne d'Arnaud mais aussi Florie...même si, comme tu le dis, elle n'est pas forcément pardonnable dans la seconde partie du livre...son comportement m'a d'ailleurs paru tout à fait singulier, mais bon...

     

    Je ne regrette pas d'avoir découvert cette saga, mais il fallu que j'organise cette LC, sinon, je crois qu'elle serait encore dans ma PAL ! 

    5
    Lundi 28 Janvier 2013 à 12:24

    Joli billet ! Mais trop de défauts dans ce livre pour que je puisse en faire abstraction. Même le cadre historique n'a pas pu repêcher le tout ...

    6
    Parthenia Profil de Parthenia
    Mardi 5 Février 2013 à 10:04

    Heureuse d'avoir partagé avec toi cette lecture commune, A-Little-Bit-Dramatic...

    Merci Aaliz, je comprends tout à fait tes réticences, ayant eu la même expérience avec d'autres livres dont l'époque était pourtant une passion pour moi...

    7
    Jeudi 1er Août 2013 à 15:47

    Bonjour, je garde un souvenir ému des amours dévastratrices de Guillaume et Florie. Bonne après-midi.

    8
    Parthenia Profil de Parthenia
    Jeudi 1er Août 2013 à 18:06

    Bonjour Dasola,

    Dévastratrices, c'est le mot exact... ce qui rend leur histoire bien poignante au final... et la fin de Guillaume est aussi sauvage et tourmentée que le personnage...
    Bonne après-midi à toi aussi !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :