• En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete

    En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete

    fiche détaillée

     Auteur > Sandra Kalniete
    Editeur > Les Syrtes
    Genre > autobiographie, témoignage
    Date de parution > 2001 pour l'édition originale,  2003 pour la présente édition
    Titre original > Ar balles kurpēm Sibīrijas sniegos
    Nombre de pages > 269
    Traduction > du letton par Velta Skujina

    auteur

    En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete

    Sandra Kalniete, née le 22 décembre 1952 est une femme politique et femme de lettres lettonne
    Elle est née à Togour dans la région de Tomsk en Sibérie soviétique où sa famille avait été déportée. Elle a raconté sa terrible enfance dans son livre biographique En escarpins dans les neiges de Sibérie.
    De 1987 à 1988, elle fut secrétaire-générale de la Société des Artistes lettons.
    Figure de la lutte pour l'indépendance de la Lettonie, elle embrasse la carrière diplomatique à partir de 1990.
    Aujourd'hui ministre des Affaires étrangères de Lettonie, elle est également critique d'art, spécialisée dans l'histoire des arts décoratifs et appliqués.
    En 2000, elle a publié à Riga ses mémoires sur le Front populaire Je vaincrai, tu vaincras, nous vaincrons, ils seront vaincus. Depuis décembre 2015, Sandra Kalniete, est député Européenne pour la Lettonie.

     quatrième de couverture

    " Je suis née au goulag le 22 décembre 1952 au village de Togour, district de Kolpachevo, région de Tomsk. Deux fois par mois, mes parents devaient obligatoirement se rendre à la komendatoura pour pointer. Ainsi, les instances de surveillance soviétiques s'assuraient que les déportés n'avaient pas quitté arbitrairement le lieu de relégation qui leur était assigné. Mes parents n'ont pas voulu offrir d'autres esclaves au pouvoir soviétique, je n'ai eu ni frère ni sœur Nous sommes rentrés en Lettonie le 30 mai 1957. "

    Juin 1941 : les autorités soviétiques, qui occupent le territoire de Lettonie depuis un an, organisent l'une des plus meurtrières vagues de répression dans le pays en déportant par convois entiers la population civile. C'est le début de l'horreur pour des dizaines de milliers d'innocents qui disparaissent sans laisser de traces dans les immenses étendues glacées de Sibérie, usés par les privations, ou torturés puis exécutés dans les geôles du NKVD. La famille de Sandra Kalniete ne sera pas épargnée. Sa mère, Ligita, a quatorze ans et demi lorsque, le 14 juin 1941, elle et ses parents sont emmenés. Son grand-père Janis est séparé des siens dès leur arrivée en Russie ; il mourra dans l'enfer des camps. La famille de son père Aivars connaîtra le même sort quelques années plus tard.

    Sandra est rentrée dans son pays en 1957. Elle n'avait que cinq ans mais jamais elle n'a oublié le regard de sa mère quand celle-ci a pu à nouveau fouler et sentir le sol letton. En escarpins dans les neiges de Sibérie raconte l'histoire bouleversante de sa famille et, à travers elle, celle de tout un peuple qui ne retrouvera sa liberté qu'en 1991, au prix d'énormes pertes humaines et de souffrances imposées par cinquante années d'occupation soviétique.

    première phrase

    "Nous sommes assis autour d'une table de fête."

    avis personnel

    J'ai grandi à la fin de la Guerre froide, et le mot "goulag" m'est familier car mes parents l'employaient pour parler des opposants soviétiques et de leur famille qui étaient envoyés en Sibérie pour y vivre dans des conditions très difficiles sans espoir de retour.

    Et c'est ce thème que le livre aborde. L'auteure, Sandra Kalniete, est née dans un camp de relégation et retrace dans ce livre l'expérience aussi douloureuse qu'inhumaine qu'a subie ses parents et ses grands-parents maternels et paternels à la suite d'une arrestation et d'une accusation aussi mensongère qu'arbitraire, en s'appuyant sur les archives soviétiques, des ouvrages d'historiens, et bien sûr les lettres et témoignages des membres de sa famille.

    J'ai trouvé également intéressant d'en découvrir davantage sur l'histoire de la Lettonie. Pour être tout à fait franche, je ne connais pratiquement rien aux pays baltes, étant née au moment où ils n'étaient que des satellites de l'U.R.S.S.

    J'ai ainsi appris que les Bolcheviks, lors de la 1ère Guerre mondiale, avaient installé des bases soviétiques en Lettonie où ils avaient perpétré de telles horreurs que les Lettons accueillirent les Allemands en 1941 comme des libérateurs. Les Soviétiques se servirent ensuite de cet épisode pour présenter auprès du reste de l'Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale les Lettons comme des fascistes et des antisémites.

    Juste avant l'invasion allemande, une première grande déportation est préparée en grand secret par les Bolcheviks, provoquant la surprise des Lettons qui, ayant toujours vécu dans un état de droit, ne pouvaient imaginer l'arrestation d'innocents.

      Amis, connaissances et personnalités en vue disparaissaient. Une tension vigilante se lisait sur les visages. Les rires s'éteignaient ; le poison de la méfiance mutuelle, telle une araignée, tisait une toile qui engluait tout le pays.
    (page 34)

    En juin  1941, Ligita, la mère de l'auteure, et Emilija, sa grand-mère, sont arrêtées en pleine nuit, quelques jours avant le bal du lycée (les escarpins du titre sont ceux offerts par le frère de Ligita pour cette occasion). Elles sont rejointes par Janis, le grand-père, débusqué dans leur maison de campagne.

    On assiste aux conditions inhumaines de leur longue déportation (les Bolcheviks n'ont rien à envier aux nazis) : parquage dans des wagons à bestiaux, promiscuité, épidémie, mort, etc...

    A leur arrivée en Sibérie, les femmes sont séparées du chef de famille (Ligita n'apprendra la mort de son père qu'en 1999 alors que le décès était survenu à peine quelques mois après son arrestation). L'auteure nous livre un témoignage terrifiant et poignant sur leurs conditions de vie (ou plutôt de survie) : les corps, affaiblis par la malnutrition et l'absence d'hygiène, sont décharnés, couverts d'abcès purulents, de poux et de vermine. Les seuls vêtements qu'ils portent sont ceux qu'ils avaient sur le dos au moment de leur arrestation et se sont transformés en haillons incapables de les préserver du froid sibérien. Les déportés sont tellement affamés qu'ils n'hésitent pas à manger des charognes de cheval ou des rats crevés.
    L'auteure nous décrit "un monde où les souffrances, la famine et la mort étaient quotidiennes" (page 159).
    En 1946, un colis de victuailles,de vêtements et de draps envoyé par la famille rescapée les sauvent d'une mort certaine. Les femmes ne peuvent compter sur une amélioration de leurs conditions de vie car elles sont régulièrement transférées d'un lieu de relégation à un autre, leur faisant abandonner leur potager si durement acquis.

    Bref, la lecture de ce livre est parfois insoutenable, toujours révoltante. On se demande comment des êtres humains ont pu participer à l'élaboration puis au maintien et au contrôle de ces déportations qui rabaissaient d'autres êtres humains au rang d'animaux. D'autant que la plupart étaient des innocents condamnés arbitrairement comme "ennemi de classe" dans une mascarade de justice, et qu'ils entraînaient  dans leur chute toute leur famille.

    Appréciation :

    note : 4 sur 5

    extrait

       En feuilletant la presse des premiers mois d'occupation, on comprend mieux pourquoi la propagande soviétique n'était pas prise au sérieux. Sa langue de bois, sans aucune adaptation au letton, essayait de répandre les mêmes slogans et archétypes, censés être efficaces, qu'en Union soviétique. Combien étaient ridicules, pour une oreille lettone, les métaphores telles que «Lénine, l'aigle des montagnes» ou «l'Union soviétique, le plus grand pays du monde, Moscou, la plus belle vide au monde» ! On pouvait faire croire cela à l'homme soviétique qui n'avait jamais voyagé et qui sortait à peine de l'analphabétisme, mais pas aux Lettons. A l'époque, la Lettonie occupait l'une des premières places en Europe de par son grand nombre d'étudiants et d'universitaires. (...) De même les manifestations des masses laborieuses, relatées dans les livres d'histoire soviétiques que j'ai dû étudier par la suite, faisaient plutôt penser à une comédie et ne provoquaient que des ricanements chez les habitants de Riga. Mais qui étaient donc ces gens, venus de nulle part et qui, le visage figé sous la férule d'étrangers, défilaient en rangs d'oignons en portant des portraits géants de Lénine, de Staline et d'autres illustres inconnus que les Lettons n'avaient jamais vus ? Ils marchaient dans les rues désertes vers une destination qu'ils étaient seuls à connaître. Comment croire qu'ils exprimaient la volonté du peuple letton quand, au plus profond de soi-même, chacun savait quelle était cette volonté ? Cela ressemblait à une pièce de théâtre absurde : il y avait le régisseur, les premiers rôles et les figurants pour les scènes de foule. Seul le peuple était réduit au rang de spectateur.
    (page 31/32)

    divers

    Virée littéraire européenne 

    Ma 3è participation à la 2è édition du challenge de BouQuiNeTTe - séjour en Lettonie
    D'autres billets sur la LettonieBouQuiNeTTe ♦ missmolko1 ♦ Sharon ♦ Julie ♦ Salhuna ♦

    le tour du monde en 8 ans

    Ce billet est ma 23è participation au challenge d'Helran - cette escale compte pour la Lettonie

     

    Logo Livraddict

    babelio

    « Challenge "Destockage de PAL en duo" organisé par Zina et Licorne #mission 5Nord et Sud d'Elizabeth Gaskell »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Décembre 2015 à 11:08
    Un livre que je ne connaissais pas du tout avant de voir ta chronique mais pourquoi pas ? Un livre d'Histoire, c'est bien, mais un témoignage, c'est encore mieux. Et il y'a des choses que nous ne devrions pas oublier...ce genre de livres est là aussi pour nous les remettre en tête au besoin.
      • Mardi 12 Janvier 2016 à 21:03
        Oui, il y avait beaucoup d'aspects que je connaissais déjà mais je ne pensais pas que c'était à ce point inhumain !!
    2
    Mercredi 9 Décembre 2015 à 13:35

    Labdien - bonjour,

    dans les informations que vous recopiez en début de votre article, il y a quelques mises à jour à effectuer.
    Aujourd'hui en décembre 2015, Sandra Kalniete, est député Européenne pour la Lettonie.

    Sandra Kalniete ( PPE ) est intervenue le mercredi 12 Mars 2014 à Strasbourg au Parlement Européen, concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie :

    "Monsieur le Président ! Le 21 mars la Douma annexe la Crimée. La Russie justifie cela, par le droit à défendre leurs compatriotes à l’étranger. Il s’agit d’un concept dangereux qui menace la stabilité et l’existence des frontières nationales. Avec cet acte, l’annexion par la Russie d’un partenaire encombrant, devient une menace pour la stabilité de notre continent.

    Après l’annexion de la Crimée, sont menacées aussi les régions orientales de l’Ukraine, puis la Moldavie et les Pays baltes, c’est une source de préoccupation. Par conséquent, la Russie doit être arrêtée maintenant.

    L’Europe a besoin de revoir ses relations avec la Russie, et de fortement réduire sa dépendance avec les ressources énergétiques russes.

    L’Europe doit se mettre d’accord sur des sanctions efficaces pour frapper les sites de la Russie. Il est suspendu participation de la Russie à l’OSCE et le Conseil de l’Europe, dont la Russie a violé les règles terrestres .

    La crise en Ukraine démontre l’importance de la relation transatlantique ."

    (Le président interrompt l’oratrice . )

    Sandra Kalniete, députée" européenne soutient l'Ukraine

    Si vous souhaitez découvrir d'autres écrits de Sandra Kalniete, je vous invite à lire : "Song to kill a giant"

     

    Détails et précisions sur le site de l'amitié et des échanges entre Lettonie et France : "www.lettonie-francija.fr "Song-To-Kill-Giant-ebook-balte-europe-Sandra-Kalniete"

    Sandra Kalniete, Député Européenne, alerte face aux convoitises baltes de Poutine : "Nous ne serons pas des lapins !"
    http://www.lettonie-francija.fr/Sandra-Kalniete-Depute-Europeenne-russie-718
    En 1991 la Lettonie, comme les Ukrainiens, a attendu le soutien de la communauté internationale ....
    "Nous devons être les décideurs et les responsables, comme l’exige la sécurité de l’Etat et de la nation lettone. Cette fois, nous ne serons pas des lapins !" ( Sandra Kalniete ).

    Sandra Kalniete a aussi été Ambassadeur de Lettonie en France.

    Cordialement

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 21:10

        Merci beaucoup pour toutes ces informations et ces liens...

        Malheureusement, souvent par opportunisme, les hommes ne tirent jamais de leçons de l'Histoire et la laissent bégayer... En tout cas, l'annexion de la Crimée a dû avoir de douloureuses résonances auprès de peuples ayant déjà souffert des exactions russes...

    3
    Lundi 14 Décembre 2015 à 11:20
    zofia

    Ça doit être une lecture assez éprouvante...

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 21:12

        Oui, il y avait des passages vraiment très durs et révoltants... Le pire étant la passivité des exécutants qui ne remettent jamais en cause les ordres inhumains de Moscou tant la terreur règne !

    4
    Jeudi 18 Février 2016 à 10:55
    Oula ce roman à l'air très dur mais il a l'air intéressant. Il faut être dans une bonne période pour lire ce genre de roman.
      • Vendredi 26 Février 2016 à 20:55

        Il est vrai que notre foi en l'humanité prend de plomb dans l'aile... no Mais c'est une lecture essentielle je pense...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :