• Persuasion de Jane Austen

    Persuasion de JAne Austen

    Fiche détaillée

     Auteur > Jane Austen
    Editeur > Ebooks libres et gratuits
    Genre > roman classique
    Date de parution > 1818 pour l'édition originale , 2009 pour la présente édition
    Titre original > Persuasion
    Format > ePub
    Poids du fichier > 149 Kb (148 pages)
    Traduction > de l'anglais par Mme Letorsay (1882)

    auteur
    (sources : Evene)

    Catherine Morland de Jane Austen Née en 1775 au sein d'une famille appartenant à la bourgeoisie provinciale, Jane Austen a utilisé la cruauté du verbe et de sa langue subtilement pendue pour décrire le mode de vie de ses contemporains à travers ce qui semble être des histoires d’amour so british. La jeune Jane grandit dans une famille de pasteurs, entourée de huit frères et soeurs. Bien que vivant modestement, George et Cassandra Austen initient leurs enfants à l'amour de la lecture et la connaissance des arts. Dès l'âge de 11 ans, Jane écrit. Son éducation ainsi que celle de sa soeur Cassandra, dont elle restera très proche jusqu'à sa mort, se fera principalement dans le domaine familial. Elle se met à l'écriture de parodies sentimentales avant de se consacrer aux romans Northanger AbbeyRaison et sentiment et Orgueil et préjugés entre 1795 et 1798. En 1801, la famille Austen s'installe à Bath et quatre ans plus tard, le père de Jane décède : l'auteur ne se mariera pas, tout comme sa soeur Cassandra, et consacrera sa vie à l'éducation de ses neveux et nièces. Raison et sentiment, Orgueil et préjugés et Mansfield Park sont publiés successivement en 1811, 1813 et 1814. Elle laisse derrière elle un roman inachevé, Sanditon, emportée par la phtisie à l'âge de 41 ans (1817). L'auteur ne connut pas le succès en son temps et ne fut redécouvert qu'à la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, son talent de peintre des moeurs et de la province anglaise font d'elle un des auteurs pré-victoriens les plus connus et des plus mordants.

    quatrieme de couverture

    Veuf et père de trois filles, le baronnet Walter Eliot est ruiné. Il doit laisser sa propriété en location pour se retirer à Bath. Sa fille Elisabeth le suit tandis que ses deux autres filles restent dans la région, Anne toujours célibataire à 28 ans trouvant refuge chez sa soeur Mary. Les nouveaux locataires de la propriété arrivent, il s'agit de l'amiral Croft et de sa femme. Celle-ci a un frère, le Capitaine Wentworth, qui a été fiancé il y a quelques années avec Anne. Celle-ci n'avait pas donné suite à cette liaison, suivant l'avis de son amie, Lady Russell, qui trouvait le capitaine d'un rang inférieur indigne d'Anne. Mais les années ont passé, le capitaine rend visite à sa soeur, il a réussi et s'est enrichi, il cherche à se marier. Anne n'a pas oublié Wentworth...

    première phrase

    "Sir Walter Elliot, de Kellynch-Hall, dans le comté de Somerset, n'avait jamais touché un livre pour son propre amusement, si ce n'est le livre héraldique."

    avis personnel

    Persuasion de Jane Austen
    Title Page (facing)

     Persuasion est le dernier livre achevé écrit par Jane Austen, et publié après sa mort en 1818.
    L'intrigue est basée sur la possibilité d'avoir une seconde chance en amour après avoir commis l'erreur de suivre des conseils contraires à son inclination.
    En effet, huit années plus tôt, Anna Elliot, jeune beauté de 19 ans, rejette, sur les conseils de Lady Russell, une amie de la famille, la demande en mariage du jeune et bel officier de marine Frédéric Wenvorth, en raison de sa pauvreté et de son manque de perspectives d'avenir.

    Au début du roman, le père d'Anna, Sir Walter Elliot, aristocrate tout infatué de son rang, mais faible, vain et dépensier, est obligé, sous la pression de ses créanciers, de reconsidérer son train de vie en partant s'installer avec ses deux filles aînées à Bath et en louant sa vaste propriété de Kellynch Hall à l'amiral Croft. Or, il s'avère que Mme Croft est la soeur de l'ancien soupirant d'Anna. Et pour compliquer la situation, Anna est contrainte de rester sur place pour s'occuper de sa soeur Marie, une hyponcondriaque toute centrée sur elle-même ; elle redoute de se retrouver en présence de son amour perdu, d'autant que celui-ci, enrichi par ses prises de guerre et promis à un brillant avenir, est revenu en Angleterre pour s'y établir et fonder une famille.

    Persuasion de Jane Austen
    Here is a nut, said he,to exemplify . (ch. 10)

    Le reste du roman est centré sur les sentiments d'Anna et ses évolutions ambivalentes : d'une part, elle tente d'éviter Wentvorth en restant à l'écart de la société fréquentée à Uppercross Hall, de l'autre, elle s'inquiète de savoir si Frédéric nourrit toujours des sentiments à son égard.

    Persuasion de Jane Austen
    They were divided only
    by Mrs. Musgrove . (ch. 8)


    Wentvorth, qui a été profondément blessé par la rupture de son engagement, se montre froid et indifférent avec elle, voire méprisant lors de leur 1ère rencontre quand Anna apprend de la bouche de sa soeur Marie les propos qu'il a tenus à son encontre :

      Le capitaine, qui a été si attentif pour moi, n’a pas été très galant à votre égard, Anna. Henriette lui a demandé ce qu’il pensait de vous, et il a répondu qu’il ne vous aurait pas reconnue, que vous étiez changée. » En général, Marie manquait d’égards pour sa sœur, mais cette fois elle ne soupçonna pas quelle blessure elle lui faisait. « Changée à ne pas me reconnaître !… » Elle se soumit en silence, mais profondément humiliée. (page 41-42).

    De son côté, l'officier de marine, plus fringant que jamais (" Les années qui avaient détruit la beauté de la jeune fille avaient donné à Wenvorth un regard plus brillant, un air plus mâle, plus ouvert, et n’avaient nullement diminué ses avantages physiques. C’était toujours le même Frédéric Wenvorth ! "(page 41-42) - oui, je ne peux pas m'empêcher de glisser ici ce portrait très engageant de Frederic, d'autant que c'est la seule description physique que nous aurons de lui !!! ) se laisse courtiser par les soeurs Musgrove, s'ingénie à faire comprendre à Anna combien il se sent offensé par son rejet de naguère et combien il tient en estime les femmes "fermes et décidées", caractère dont il la croit totalement dépourvue...
    Alors qu'Anna assiste en silence aux efforts des soeurs Musgrove pour s'attirer les bonnes grâces de Wentvorth, qu'elle prend conscience de la perte de sa jeunesse tout en ressentant la même attirance qu'autrefois, qu'elle regrette sa décision passée et n'aspire qu'à regagner ses faveurs, plusieurs événements à Lyme renouvellent ses espoirs...

    Persuasion de Jane Austen
    The horror of that moment to all who stood around! (ch. 12)

    Persuasion est un roman intime plein de délicatesse et d'émotions, de nostalgie et de mélancolie, que j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir.

    Tout d'abord, l'héroïne est imparfaite et touchante : proche de la trentaine, elle a perdu la fraîcheur et la joliesse de sa jeunesse, et est en passe de devenir vieille fille. Sa douceur et sa discrétion la font passer au second plan au sein même de sa famille : son père accorde nettement sa préférence à l'aînée de ses trois filles, Elizabeth, qui partage la même condescendance et le même mépris que lui envers les personnes d'un rang inférieur, et dans une moindre mesure à Marie qui a fait un beau mariage.
    Aucun membre de la famille Elliot ne fait cas des opinions d'Anna, qui apparaît douce et influençable.

    Persuasion de Jane Austen
    In another moment ... someone was taking him from her. (ch. 9)


    Ensuite, puisque l'auteure ne nous livre que le point de vue d'Anna, ce fut divinement exquis de tenter d'interpréter les différentes réactions de Frédéric Wentvorth lors de leurs rencontres successives. Bien qu'il semble ressentir un ressentiment tenace à son égard, il fait également montre d'une bienveillance discrète ; leur petit séjour à Lyme va être un tournant dans leurs relations : aiguillonné par la jalousie (en effet, Anna, que la fréquentation d'une société stimulante a enjolivée, suscite l'admiration d'un gentleman inconnu puis celle de l'officier Benwick), Wenvorth va à nouveau s'intéresser à elle et rechercher sa compagnie.

    Persuasion de Jane Austen
    Politely drew back and stopped
    to give them way. (ch. 12)


    Enfin, la force de l'auteure est dans la peinture de toute une galerie de personnages secondaires, qu'elle a su renouveler avec brio d'un roman à l'autre...
    Sir Elliot et sa fille aînée, tout infatués de leur rang et de leur beauté, sont tournés en ridicule :

     ... Sir Walter désirait connaître Mme Wallis ; on la disait très jolie ; cela le dédommagerait des laids visages qu’il rencontrait à chaque instant dans les rues. C’était là le fléau de Bath. Un jour il avait compté quatre-vingt-sept femmes, sans en trouver une passable. Il est vrai que c’était par un froid brouillard du matin. (page 85-86)


    Marie, la benjamine, femme point méchante mais égocentrique et aussi vaniteuse que son père, se croit la victime d'affronts imaginaires.
    Lady Russell est une amie sincère mais aveuglée par les préjugés de sa caste.
    L'amiral Croft et sa femme forment un couple uni et heureux, dont la simplicité et l'ouverture d'esprit sont une goulée d'air frais dans cette assemblée un brin guindée et compassée.

    Persuasion de Jane Austen
    Placed it before Anne. (ch. 23)

    Pour conclure, j'ai dévoré ce roman délicat et sensible qui joue à merveille sur la partition des sentiments amoureux et leur complexité. Le seul défaut que je lui reproche c'est que l'histoire d'amour est prévisible du début à la fin, mais cela ne gâche en rien le plaisir de la lecture !

    Appréciation :

    note : 5 sur 5

    Crédit images : C.E. Brock illustrations

    extrait

    page 107-108 :
    "...Tout à coup, Anna, assise près de la fenêtre, aperçut Wenvorth, qui descendait la rue. Elle ne put s’empêcher de tressaillir, tout en se disant que c’était absurde. Pendant quelques minutes, elle ne vit rien ; tout était confus autour d’elle. Quand elle put se remettre, on attendait encore la voiture, et M. Elliot s’apprêtait à faire une commission pour Mme Clay.

    Elle alla vers la porte pour voir s’il pleuvait. Quel autre motif aurait-elle eu ? Le capitaine devait être parti ?

    Elle rebroussa chemin en voyant entrer le capitaine Wenvorth lui-même avec plusieurs dames et gentlemen. La vue d’Anna parut le troubler ; il rougit extrêmement.

    Pour la première fois, elle trahissait moins d’émotion que lui. Elle avait pu se préparer, et pourtant elle était émue. Il lui dit quelques mots. Il n’était ni froid ni amical, mais embarrassé.

    Anna vit avec peine, mais sans surprise, qu’Élisabeth ne voulait pas reconnaître M. Wenvorth. Il n’attendait qu’un signe d’elle pour la saluer, mais elle se détourna avec une froideur glaciale."

    divers

    Lectures communes : Jane Austen BookClub Tour organisées par BouQuiNeTTe

    Lecture commune organisée par BouQuiNeTTe...
    D'autres billetsAlison Mossharty ♦ BouQuiNeTTe ♦ Amanite ♦ ... ♦ ... ♦

    Challenge "Un classique par mois"

    Le  classique du mois de février pour le challenge organisé par Stephie.

    E-challenge : passons au numérique organisé par Hedyuigirl

    Ma 7è participation au challenge d'Hedyuigirl (/19-31)

     

    Logo Livraddict

    babelio

    booknode

    « Challenge vénitien organisé par Florence[Top Ten Tuesday] Les 10 livres que tout le monde a aimés sauf vous (8) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Février 2014 à 18:50
    eimelle

    Un livre qu'il faudrait bien que je me décide à lire!

    Bonne soirée!

    2
    Samedi 15 Février 2014 à 20:42
    *mode fangirl on* Wentworth forever ! <3 *mode fangirl off* :p
    Persuasion est un de mes romans préférés ! <3 (mais tu dois le savoir depuis le temps ;) )
    3
    Alison Mossharty
    Dimanche 16 Février 2014 à 16:00
    Alison Mossharty
    J'ai beaucoup aimé aussi la délicatesse et le calme d'Anne. Et je suis bien d'accord, dans ce roman Jane Austen a développé de très bons personnages secondaires qui contribuent à rendre son livre prenant tout comme les moments entre le capitaine et Anne. Je les attendais aussi avec impatience =)
    Je suis contente de voir qu'il t'a plu ^^
    Biz
    4
    Dimanche 16 Février 2014 à 20:43
    Sylly
    Coucou !!!

    Voilà un livre qu'il faut que je découvre absolument ! Je n'ai toujours pas eu le temps de lire mon Emma, donc persuasion devra attendre, mais ta description est vraiment aguicheuse hein et ça va être difficile de résister à le faire attendre :D

    Bisous !
    5
    Mardi 18 Février 2014 à 22:55

    @ Eimelle
    N'hésite pas à sauter le pas, la lecture est non seulement exquise mais également rapide... Merci de ton passage en tout cas...

    @ Kallaria
    Je m'en souviens parfaitement, ma chère Kallaria. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles j'avais hâte de découvrir ce roman... Et je comprends maintenant pourquoi Frédéric te fait autant d'effets...

    @ Alison,
    Oui, j'appréhendais un peu de le lire car j'étais assez mitigée sur l'adaptation TV, mais ce fut délicieux de suivre les tourments amoureux de cette héroïne si attachante...

    @ Sylly,oui, il le faut !!! c'était très touchant de suivre l'évolution de leurs sentiments et la renaissance de leur amour malgré l'amour -propre blessé de l'un et l'étiolement de l'autre... le tout enrobé d'une extrême délicatesse... bisous

    6
    Samedi 22 Février 2014 à 12:44
    Alice
    Hello. Dis, je me demandais pourquoi tu dis que Jane Austen est une demi-mondaine? A moins que ce mot ait un sens que je ne connais pas?
    7
    Samedi 22 Février 2014 à 14:33

    salut,

    non, ce mot a bien le sens de cocotte, et est tout aussi déplacé dans la biographie de Jane Austen (qui doit se retourner dans sa tombe, la pauvre !!) voire largement plus, qu'un baiser entre Lizzie et Darcy, ou entre Anna et Frédéric ou tout autre couple d'amoureux austenien...

    J'ai bêtement recopié la biographie proposée sur le site Evene (appartenant au groupe Le Figaro et dont j'avais d'ailleurs omis de signaler la source), et mon cerveau n'a pas tilté en traduisant directement par mondaine...

    merci pour ta vigilance, j'ai modifié la biographie, signalé l'erreur sur le site Evene et indiqué mes sources !

    bonne journée à toi !

    8
    Samedi 22 Février 2014 à 16:15
    L'un des plus beaux romans austeniens! le couple Anne/Frédéric est juste sublime, il parle peu et il y a beaucoup de non-dits qui auraient pus être résolus rapidement mais bon nous sommes quand même happé par cette jolie romance! :)
    9
    Mardi 25 Février 2014 à 10:51

    Je partage ton ressenti, MissPendergast, Anna et Frédéric forment un couple très touchant... même si certaines des allusions de Frédéric, dont l'orgueil de mâle a bien du mal à digérer leur rupture, sont parfois bien cruelles à l'égard d'Anna... Mais l'évolution subtile de leurs sentiments est très bien rendue !!

    10
    Mercredi 26 Février 2014 à 12:08
    Alice
    Merci de l'avoir modifié, je l'ai également signalé au Figaro mais ils n'ont rien fait et je me rends compte qu'un grand nombre de personnes ont copié leur bio :(
    11
    Jeudi 27 Février 2014 à 12:09
    Je suis bien d'accord avec toi, Frédérick fait tout pour attrister la pauvre Anne mais bon le pauvre après ce qu'il a subit, nn comprend sans peine que son orgueil et son petit cœur ait été blessé. Heureusement Jane A. nous offre une fin comme on les aime ;)
    12
    Lundi 3 Mars 2014 à 10:20
    Les interprétations sans fin des regards et des mots de Frederick m'agaçaient parfois. On vit tout de même une époque bien plus simple! Je dois être trop impatiente pour apprécier pleinement tout le charme des sous-entendus.
    13
    Mardi 4 Mars 2014 à 00:33

    @Alice,
    oui, c'est vraiment très ennuyeux, surtout pour un site qui se réclame culturel, ça ne fait pas très sérieux car rien n'est encore changé plus d'une semaine après notre signalement... c'est dommage qu'Evene n'ait pas de page Facebook, il mériterait qu'on les y harcèle jusqu'à une modification de leur part... bad

    @Misspendergast,ah là là, ces hommes et leur petit coeur fragile... winktongue

    @Amanite,
    héhéhé, ce sont justement ces moments remplis d'espérance qui sont les meilleurs... comme j'aime bien moi-même prendre mon temps, je me suis sentie comme un poisson dans l'eau dans cette histoire... ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :