• Les loups de Voïvodine de Miroslav Popović

    Les loups de Voïvodine de Miroslav Popović

    Fiche détaillée

      Auteur > Miroslav Popović
    Editeur > Gaïa
    Genre > Historique
    Date de parution > 1983 pour l'édition originale , 2002 pour la présente édition
    Titre original > Sudbine
    Nombre de pages > 358
    Traduction > du serbo-croate par Alain Cappon

    auteur
    (sources : éditions Gaïa)

    Les loups de Voïvodine de Miroslav Popović
    Miroslav Popović est né en 1926 en Yougoslavie et meurt en 1985. Son unique roman, publié à 57 ans, sera un grand succès public et médiatique, couronné de prix prestigieux. Les loups de Voïvodine vient rompre avec les tabous entourant la sombre période de la Seconde Guerre mondiale. Un livre destin à l'image de son propos et de son auteur qui connut les geôles de Tito.

     

    quatrieme de couverture

    À la veille de la Seconde Guerre mondiale, une ville de Yougoslavie, quelque part en Voïvodine.
    Une ville haute et une ville basse, une population mêlée, aux origines variées, aux religions diverses. Dans cet équilibre, ni fragile ni séculaire, pénètre, un voyageur, venu par les chemins enneigés. Il ne perturbe rien, il vient simplement prendre sa place dans le tableau, comme dans une société qui l'attend, à l'image de Soko, la chienne du précédent gardien. Car Bogdan Žurajica vient d'être embauché par la fabrique de Monsieur Albrecht, comme gardien de l'entrepôt de meubles. Il y côtoiera David, l'apprenti, et Maître Franz, le responsable d'atelier. Une petite société à elle toute seule, cette fabrique, tant ce qui va s'y dérouler est le reflet exact de ce qui traumatisera la ville toute proche.
    Le IIIe Reich envahit la Pologne et mobilise ses forces, les Souabes, ces Serbes de souche allemande. Et lorsque trois jours plus tard, l'armée allemande investit la ville, les équilibres se redessinent. On découvre tout à coup que son patron est juif, que sa jolie voisine est souabe, que son ennemi juré est de la même origine que soi... Tout se bouleverse et chacun cherche sa place dans ce grand chambardement.


    Tout à la fois saga familiale, chronique sociale, fresque historique, Les loups de Voïvodine est surtout un roman d'une poésie flamboyante. Qui porte un regard très juste sur l'homme et sa société, et donne bien des clefs sur l'Histoire des Balkans.

    première phrase

    "La brève après-midi de novembre était entrée en agonie sitôt commencée."

    avis personnel

     À travers ce livre, Popovic nous offre la chronique quotidienne d'une petite ville fictive de Voïvodine, qui débute 3 ans avant la guerre et se termine 1 ans après (c'est-à-dire que la période court de 1938 à 1942 car la Yougoslavie reste neutre jusqu'en 1941).

    L'auteur nous brosse toute une galerie de portraits : Aleksandar Albrecht, le fabriquant juif de meubles, et sa femme Herta ; David Blanuša, le jeune apprenti d'Albrecht qui se laisse parfois aller à des propos malveillants ; maître Franz Teibel, le menuisier qui disparaît après la mobilisation ; Ignjat Stojša, le contre-maître ; Viktor Seibert, un Souabe, propriétaire du cinéma «Colosseum», fou amoureux de sa femme, Jelena, qui le trompe ; Jevrem, le charretier rustre, "prétentieux et bouffi d'orgueil" ; la veuve Burovac, qui ne peut vivre sans locataire enclin à réchauffer sa couche ; Emilija Blanuša, la soeur de David, jeune serveuse de la «Corne d'or» qui rêve d'épouser un homme riche ; Jorgovan, le patron du bar, mariée à une Turque ; l'untersturmführer Otto Klischke, homme qui symbolise toutes les ambivalences des officiers de la Gestapo, se montrant d'une exquise politesse envers ceux de la race aryenne mais torturant sans état d'âme les résistants yougoslaves ; et enfin Bogdan Žurajica, un bûcheron étranger embauché comme gardien de nuit au magasin d'Albrecht au tout début du roman.

    C'est donc un peu ardu pour le lecteur de se familiariser avec tous ces protagonistes, d'autant que la 1ère partie est assez longue à se mettre en place. En effet, l'auteur décrit minutieusement et avec moult détails, jusqu'à leur insignifiance, le quotidien banal de ces gens, ce qui n'en rend que plus saisissant ensuite l'horreur de leur situation.

    Le 6 avril 1941, la guerre éclate en Yougoslavie. Quelques jours plus tard, les Allemands occupent la ville de Nova Palanka, remettant en cause la coexistence harmonieuse de cette mosaïque d'ethnies et de religions. Chacun va se replier sur sa communauté. Les Souabes, allemands de souche,  collaborent "naturellement" avec les occupants nazis ; les Juifs sont regroupés pour être publiquement humiliés dans l'indifférence presque générale (à part la réaction indignée de quelques hommes encore sensibles à la dignité humaine), en fin de journée, ces mêmes Juifs se rencontrent secrètement pour gloser sur l'humanité ; le reste de la population est préoccupée par sa survie, passant parfois par le marché noir.

    Chacun réagit donc différemment à l'arrivée des soldats allemands.


    Les Juifs sont inconscients de la réalité de la guerre, refusant de croire aux atrocités commises :

     Que des hommes, des adultes, aient été fusillés ici ou là, je veux bien le croire. Des otages, sans doute... Mais fusiller des femmes et des enfants, non, c'est franchement ridicule ! Excusez-moi, mais nous vivons au vingtième siècle. Et ce sont quand même les Allemands qui nous ont donné Goethe et Schubert, ne l'oublions pas...
    (page 240)

    De leur côté, les Souabes acceptent de déposséder les Juifs. Maître Franz, homme dont la bonté ne peut être remise en cause, devient le nouveau patron du magasin d'ameublement d'Albrecht sans se rendre compte de ce que cela implique. Mais peu à peu, on assiste à la transformation de son caractère, perverti par l'idéologie nazie et sa mise en application : le magasin devient le lieu d'un drôle de trafic, où des meubles de très bonne facture arrivent en pièces détachées pour repartir ailleurs, tandis que l'usine d'Albrecht ne produit plus aucun meuble.

     ... en s'acquittant de leur petite besogne sans se préoccuper de son aboutissement, ils se sont tout bonnement exclus de l'humanité. L'homme est un être qui pense, un être responsable. Ces gens-là ont renoncé à leur titre d'homme.
    (page 242)

    Des dérapages, des exécutions sommaires éclatent soudainement alors que la banalité du quotidien ne laissait à aucun moment présager ces drames.
    Ce qui est terrible, c'est la résignation des victimes qui ne se rebellent jamais contre leur sort ainsi que l'obéissance aveugle des Souabes à l'occupant allemand dont ils ne remettent jamais en question le comportement inhumain. Le lecteur assiste, impuissant et horrifié, au mécanisme de la banalité du mal, que la phrase sans concession de Jelena, jetée à la figure d'un père sollicitant son intercession pour son fils, rend glaçante :

     Le grand Reich allemand ne châtie pas les innocents, et je ne saurais m'engager pour un coupable.
    (page 250)

     Pour conclure, un livre prenant, que l'abondance des détails sans importance aurait pu rendre indigeste mais qui au final ne rend que plus saisissants les drames qui se jouent entre les différents protagonistes. L'émotion est palpable à certains passages, d'autant que le lecteur connait à l'avance le sort de certaines communautés. 

    Appréciation :

    note : 4 sur 5

    extrait

      Et de cette horrible vieille souche, depuis longtemps rejetée hors du temps, malicieusement recourbée sur elle-même comme au terme d'une grave maladie qui l'aurait rendue infirme et à jamais maligne, montait alors une odeur inattendue de bois frais, un parfum de forêt, peut-être même cette senteur de feuillage jeune et plein de sève dans laquelle baignait cette souche monstrueuse au temps où elle n'était pas encore souche mais partie vivante d'un arbre qui la berçait de son bruissement.
    (page 108)

    divers

     La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

    Ma 54ème participation au challenge de Lynnae -

    Virée littéraire européenne 

    Ma 1è participation à la 2è édition du challenge de BouQuiNeTTe - séjour en Serbie
    D'autres billets sur le Kosovo/la Serbie/l'Albanie : Sharon ♦ Julie ♦ Salhuna ♦

    le tour du monde en 8 ans

    Ce billet est ma 21è participation au challenge d'Helran - cette escale compte pour la Serbie

    Logo Livraddict

    babelio

    « Ma Résistance dans la compagnie Stéphane. Une jeunesse dans la tourmente de Jacques Maréchaux dit CousinLivra'deux pour pal'Addict # août-septembre-octobre 2015 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Septembre 2015 à 08:54
    c'est un sujet un peu trop sérieux pour moi mais ton avis donne terriblement envie de lire ce livre ;)
    2
    Samedi 5 Septembre 2015 à 11:49

    @Cassie,
    Ce livre a été une belle découverte, malgré un début laborieux qui m'avait fait craindre le pire, mais on s'attache terriblement aux personnages...

    3
    Lundi 7 Septembre 2015 à 11:01
    Pas sûr que j'accrocherai ça m'a l'air assez sombre au final non?
    4
    Mardi 15 Septembre 2015 à 11:58

    @Missie,
    c'est extrêmement sombre effectivement (enfin à partir du moment de l'invasion allemande) mais tellement bien !!! yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :