• L'Âne d'or ou Les Métamorphoses d'Apulée

    L'Âne d'or ou Les Métamorphoses d'Apulée

     

    Fiche détaillée

    Auteur > Apulée
    Editeur > Folio classique
    Genre > classique, fantastique
    Date de parution > IIè siècle, 2011 pour la présente édition
    Titre original > Asinus Aureus
    Nombre de pages > 401
    Préface > Jean-Louis Bory
    Traduction > du latin par Pierre Grimal

    auteur
    (sources : Encyclopædia Universalis)

    Apulée

    Sur sa vie, nous sommes assez bien documentés. Augustin, dans la Cité de Dieu, l'appelle le « philosophe platonicien de Madaure ». Mais c'est Apulée lui-même qui nous renseigne de la façon la plus substantielle dans ses discours et notamment dans une Apologia où il se défend contre une accusation de magie (il aurait ensorcelé une riche veuve pour parvenir à l'épouser). Lors du procès, en 158, Apulée a un peu plus de trente ans. Né à Madaure en 125, il se dit « demi-Numide et demi-Gétule » ; il appartient donc à cette Afrique qu'illustreront quelques dizaines d'années plus tard des écrivains chrétiens comme Tertullien ou Minucius Felix.
    Son père lui a laissé une fortune dont il s'est servi pour voyager, s'instruire, aider ses amis, si bien qu'on l'accuse d'être pauvre. Vivant à Carthage, visitant Athènes, Samos, Rome, etc., il a une curiosité insatiable de pays et de connaissances. Qu'il ait étudié l'éloquence, Les Florides et l'Apologia en portent brillamment témoignage ; qu'il soit devenu « philosophe platonicien », il le répète mille fois dans l'Apologia, avec une conviction passionnée, sans compter que deux au moins de ses traités (De Platone et eius dogmate ; De deo Socratis) le confirment catégoriquement. Ajoutons qu'il a écrit des vers, qu'il a étudié les sciences naturelles, qu'il s'est fait initier à un grand nombre de cultes à mystères (Liber, Esculape, Isis...). Enfin, lors d'un voyage, malade, il s'arrête à Oea (Tripoli), où l'un de ses anciens condisciples lui fait rencontrer sa mère Pudentilla ; il épouse celle-ci ; d'où le procès. Qu'advint-il ensuite ? Sans doute vécut-il à Carthage, où il se sent chez lui. En tout cas, le personnage a de l'envergure et de l'originalité.

    quatrieme de couverture

    Un âne regarde vivre les hommes au temps de l'empereur Marc Aurèle.

    première phrase

    "Je vais, dans cette prose milésienne te conter toute une série d'histoires variées et flatter ton oreille bienveillante d'un murmure caressant - pourvu que tu daignes jeter les yeux sur ce papyrus égyptien, que la pointe du roseau du Nil a couvert d'écriture - et tu t'émerveilleras en voyant des êtres humains changer de nature et de condition pour prendre une autre forme, puis par un mouvement inverse se transformer à nouveau en eux-mêmes."

    avis personnel

     L'Âne d'or, récit de onze livres, constitue l'ancêtre du roman picaresque. C'est également un témoignage sur l'intérêt de l'époque pour tout ce qui touche au mystique et au merveilleux ainsi qu'un témoignage sur les activités des classes inférieures.
    De plus, sur l'histoire principale, racontée par Lucius lui-même, viennent se greffer une foule d'autres récits, plus ou moins longs, rapportés par les protagonistes que Lucius rencontre au cours de ses péripéties (l'histoire de Socrate, l'histoire de Thelyphron, le conte de Cupidon et Psyché, l'histoire de la cuve, l'histoire du mari jaloux, l'histoire de la femme du foulon, l'histoire de la marâtre empoisonneuse, l'histoire de la femme condamnée aux bêtes)...

    L'intrigue tourne autour de la curiosité de Lucius et de sa fascination pour la magie.
    Cette curiosité se manifeste dès les premières pages quand Lucius supplie un marchand rencontré sur le chemin d'Hypata, ville de Thessalie,  réputée pour sa magie et ses magiciennes, de reprendre pour lui l'histoire qu'il était en train de raconter à son compagnon de voyage dubitatif. Cette histoire est celle de Socrate, qui est victime des maléfices de Méroe, une sorcière ayant l'habitude de transformer en animaux ceux qui ont le malheur de lui déplaire, et qui inflige à cet amant qui la délaisse une mort en deux temps. Cette histoire est un premier avertissement à l'encontre de Lucius pour le mettre en garde contre les dangers de la magie, mais notre héros (ou devrais-je dire notre anti-héros) n'en tient absolument pas compte.
    Car sa curiosité est à nouveau éveillée quand il apprend que Pamphile, la femme de son hôte, est versée dans l'art de la magie. Il séduit Photis, la servante de son hôtesse, dans l'espoir d'en apprendre davantage sur ces pratiques.

    L'Âne d'or ou Les Métamorphoses d'Apulée


    Le deuxième avertissement a lieu lors d'un banquet chez sa tante où Thélyphron raconte sa propre histoire : il perd son nez et ses oreilles, morceaux de corps recherchés par les sorcières pour leurs incantations, lors d'une veillée funèbre.
    Le troisième avertissement survient immédiatement après le banquet avec l'épisode des trois supposés brigands que Lucius transperce de son épée; Lucius, victime en fait de la magie de Pamphile, est assigné à comparaître devant un tribunal, ce qui donne lieu à une scène extrêmement burlesque.
     C'est à la suite de cette mésaventure que Lucius, nullement rebuté, convainc Photis de lui permettre d'assister en cachette aux pratiques surnaturelles de sa maîtresse. Mais la satisfaction de sa curiosité ne fait qu'enflammer son désir de pratiquer la magie par lui-même. Profitant de l'absence de Pamphile, Lucius avec la complicité de Photis s'enduit d'un baume magique, mais au lieu de se transformer en hibou, il se métamorphose en âne (livre III) !

    L'Âne d'or ou Les Métamorphoses d'Apulée
    Céramique attique - Exekias - 540/530 av JC -
    Dipylon - Mulets et valets

     Lucius est ainsi puni pour sa curiosité.
    Il régresse de l'état d'homme à celui d'animal, et quel animal ! Un âne qui, comme nous l'apprend une note de Grimal, est réputé pour sa lubricité et sert de monture à Silène, le dieu de l'Ivresse...

    L'Âne d'or ou Les Métamorphoses d'Apulée
    Bas-relief d'autel funéraire - époque romaine - Rheinisches Landesmuseum à Trèves

    Les circonstances vont l'entraîner à travers le pays où il passe successivement de maître en maître : des brigands, des esclaves fugitifs, des prêtres de la déesse syrienne, un meunier, un jardinier, un soldat, un pâtissier et un cuisinier puis leur maître... ce qui donne l'occasion à l'auteur de nous brosser une série de tableaux très vivants sur la vie quotidienne, où la violence, le sadisme et les crimes sont omniprésents !

    L'Âne d'or ou Les Métamorphoses d'Apulée
    Mosaïque tunisienne - 140/240 av JC - Musée de Boston

    Actes de brigandage sur les routes et jusque dans les villes, attaques de bêtes sauvages ou de chiens domestiques, capture de jeune fille noble pour rançonner sa famille, adultères, infanticide... Il est à noter que les femmes ont un bien méchant rôle : quand elles ne trompent pas leur mari, elles ont des désirs incestueux, ou se livrent à des tentatives d'assassinat sur leur mari devenu encombrant. Seules Plotine et Charité sont présentées comme des femmes honorables et fidèles.
    Lucius traverse tous ces destins brisés en gardant son esprit humain et critique, se trompe parfois sur les apparences, ne résisite jamais à sa curiosité même en de périlleuses circonstances. Il fait également l'apprentissage de la misérable condition des animaux dont les forces sont exploitées jusqu'à ce que mort s'ensuive, qui sont brimés, battus, torturés même; d'ailleurs, notre pauvre Lucius pense plusieurs fois à se suicider pour échapper à son triste sort.
    Ses vicissitudes font d'ailleurs penser à celles de Psyché, dont la touchante histoire constitue une part importante du roman puisque qu'elle occupe les livres IV, V et VI. Psyché est elle aussi punie pour sa curiosité lorsque Cupidon se rend compte de sa trahison et l'abandonne; elle va traverser toute une série d'épreuves, penser également à mettre fin à ses jours, avant de retrouver l'Amour.

    L'Âne d'or ou Les Métamorphoses d'Apulée
    Coupe en céramique à figures rouges - peintre de Brygos - 490/480 av JC - British Museum

    Rassurez-vous, Lucius, riche de ses expériences, finira par retrouver forme humaine !

    Et nous, nous refermerons ce livre dense en ayant souri, frémi d'horreur, éclaté de rire parfois face aux trouvailles burlesques ou aux jeux de mots de l'auteur, dont le goût pour les histoires et la satire (voire pour la gaudriole) nous fournissent un agréable moment d'évasion. Il y a bien quelques longueurs, notamment avec les processions religieuses, mais dans l'ensemble, cette quête initiatique est véritablement captivante. De plus, les notes de Grimal forment un support complémentaire très intéressant. Dommage que quelques erreurs sur certains mots se soient glissées çà et là...

    Appréciation :

    note : 5 sur 5

    extrait

     page 86 :
    "Le mage, propitié de la sorte, place certaine plante dans la bouche du mort et une autre sur sa poitrine. Puis, se tournant vers l'Orient et prononçant mentalement des prières à l'adresse du soleil qui monte majestueusement, il donne à cette mise en scène une solennité qui excite, à l'envi, chez les assistants, l'attente d'un tel miracle.
    29. Je me mêle à la foule et, perché derrière le lit funèbre lui-même, sur une pierre un peu haute, je suis toute l'affaire d'un oeil attentif. Déjà la poitrine se gonfle et se soulève, déjà la veine du bras se met à battre convulsivement, déjà le corps s'emplit d'un souffle de vie, le cadavre se dresse et le jeune homme se met à parler :"Pourquoi, je vous en prie, alors que j'ai déjà bu du Léthé, que je suis déjà plongé dans le marais du Styx, pourquoi me rappelez-vous pour accomplir les fonctions d'une vie qui ne sera que temporaire ? Arrête, je t'en supplie, arrête, et laisse-moi jouir de mon repos."

    divers

    La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

    Ce billet est ma 7è participation au challenge de Soukee.

    Challenge "Mythologies du monde " proposé par Myrtille

    Ma 8ème partcipation au challenge de Myrtille -

    Challenge "Un classique par mois"

    Le classique du mois de mai pour le challenge organisé par Stephie.

    La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

    Ma 19ème participation au challenge de Miyuki -

    Le Crépuscule des elfes de JL Fetjaine - La Trilogie des elfes,tome 1

    Ma 5ème participation au challenge de Ptitetrolle

    Challenge "L'Odyssée grecque"

    Challenge "L'Odyssée grecque" : 1/100

    Rendez-vous "La 99è page"

     

    Logo Livraddict

    babelio

    booknode

    « La 99ème page... du mardi 30 avril 2013L'Honneur des Elfes sylvains de Jarry, Maconi & Saïto - Elfes, tome 2 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Mai 2013 à 21:17
    Le Cottage de Myrtil

    Lu il y a une dizaine d'années, j'avais beaucoup aimé. C'est sans doute l'oeuvre antique que je préfère ! Merci pour ce billet, très beau et très complet ! ;)

    2
    Parthenia Profil de Parthenia
    Samedi 4 Mai 2013 à 21:42

    Merci beaucoup pour ton commentaire, Myrtille !

    J'ai très peu lu d'oeuvre antique à part Les douze César de Suétone, j'avais donc un peu peur en commençant ce roman, mais j'ai été agréablement surprise de constater à quel point on pouvait se sentir proche, que ce soit par les aspirations ou l'humour de ces hommes et femmes du IIème siècle...

    3
    Mercredi 15 Mai 2013 à 21:42

    Un ouvrage que je ne connais pas du tout ! Mais que devrais découvrir, pour enrichir ma culture antique... Sais tu que je me demande souvent quelle est ta profession (ou ton statut!) pour écrire de manière si intéressante et cultivée, et trouver de si jolies illustrations ? ;) Ton blog est le seul que je consulte fréquemment et par envie !! 

    D'ailleurs, je reviens sur une de tes illustrations : Mosaïque tunisienne - 140/240 av JC - Musée de Boston Quand on sait la minutie et la patience qu'il faut pour réaliser une mosaïque, sans compter la difficulté incroyable pour parvenir à un tel résultat, il y a vraiment de quoi être épatée par cette mosaïque tunisienne !

    L'Âne d'or, sans être captivant, semble être un très bon roman, surtout pour son époque. Une de ces fables dont on trouve toujours le moyen de s'enrichir ! Je crois que je préférerais cette version ci à la version BD que tu commentes dans un autre post ;) D'ailleurs, je file t'écrire quelques mots à ce sujet..

    A bientôt :)

    4
    Parthenia Profil de Parthenia
    Jeudi 16 Mai 2013 à 12:47

    Ca me touche beaucoup ce que tu m'écris, Jennifer !  Mon métier n'a absolument aucun rapport avec mes études : je suis allée en fac d'hsitoire, et j'étais spécialisée en histoire ancienne ! Ce qui explique sûrement le choix de certaines de mes lectures et ma bibliothèque virtuelle (j'ai gardé tous mes livres d'histoire !! )

    Je suis également fascinée par la beauté et la minutie des oeuvres d'art antiques : je trouve le travail accompli sur les mosaïques, céramiques, fresques, vraiment magnifique et admirable...

    Pour en revenir à L'Âne d'or, c'est un roman qui mélange un peu tous les genres : satire, contes, érotisme, burlesque... Apulée utilise le procédé des hsitoires enchâssées dans une histoire, et moi qui adore que l'on m'en raconte, j'ai été servie ! Surtout, l'hsitoire de Cupidon et Psyché qui ont inspiré ensuite certains contes écrits sous l'Ancien Régime (comme Cendrillon ou La Belle et la bête...)! de plus, c'est assez touchant de se rendre compte que malgré les millénaires qui nous séparent, nous partageons les mêmes petits ou grands défauts que nos ancêtres, le même goût pour l'humour ou les belles histoires, ou la mêem noirceur d'âme...

    5
    rdem
    Jeudi 3 Décembre 2015 à 14:05
    Y a t il une locution fameuse d'Apulée dans les Métamorphoses?
      • Mardi 2 Février 2016 à 16:42

        Désolée pour la réponse tardive, mais pour répondre à votre question, il ne me semble pas...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :